Mort d'Edgar Froese, l'âme de Tangerine Dream

Edgar Froese en 2013.... (Photo: AFP)

Agrandir

Edgar Froese en 2013.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Edgar Wilmar Froese, qui fut au coeur de cette longue et captivante aventure nommée Tangerine Dream, a rejoint le cosmos où il amorce une tournée dont il ne reviendra jamais. Le célèbre musicien est mort d'une embolie pulmonaire, à Vienne, le 20 janvier dernier. La nouvelle n'a fait le tour de la planète que cette semaine.

Cette disparition est importante parce que Froese fut l'un des artisans cruciaux de l'électro allemande des années 60-70, premier courant pop de création se démarquant de la musique électroacoustique alors associée à la musique contemporaine dite sérieuse.

Avant la new age, l'ambient, la techno, la house, la tech-house, la jungle, le drum'n'bass, le dubstep ou la bass music, avant même Kraftwerk, il y avait Tangerine Dream. Le côté planant de sa facture a très certainement influencé les courants nouvel-âgeux et ambient qui préconisent une lutherie électronique, mais aussi l'ensemble de la planète pop. Si la formation a déjà exclu les instruments électriques ou acoustiques, elle en a aussi fait usage à maintes reprises.

Un groupe prolifique

Les différents profils biographiques d'Edgar Froese nous indiquent qu'il est né le 6 juin 1944 à Tilsit, ville de Prusse-Orientale, devenue russe sous le nom de Sovetsk. Orphelin de son père tué par les nazis, il déménagea avec sa mère à Berlin-Ouest. Il y apprit le piano à 12 ans et la guitare à 15 ans. Il étudia ensuite la peinture et la sculpture à l'Académie des arts de Berlin.

Passionné de rock psychédélique, il fut d'abord à la barre du groupe The Ones. À la suite d'un concert privé donné à la villa du peintre Salvador Dalí en Catalogne, Froese choisit d'emprunter des sentiers musicaux plus avant-gardistes, plus proches des musiques contemporaines instrumentales ou électroacoustiques.

En 1967, Froese a fondé un groupe de rock expérimental et de krautrock rapidement converti à la musique électronique: Tangerine Dream. Le célèbre compositeur Klaus Schulze fit brièvement partie de cet ensemble qui fut longtemps un trio mais qui fut à géométrie variable, du duo au sextuor. Au milieu des années 70, soit sa période la plus influente, le groupe se composait de Froese, Christopher Franke et Peter Baumann - remplacé ensuite par Johannes Schmoelling.

La formation la plus récente comprenait Edgar Froese (claviers et guitares), Thorsten Quaeschning (claviers, batterie, voix), Hoshiki Yamane (violon, violoncelle, theremine) et Ulrich Schnauss (synthétiseurs et piano). Au fil du temps, une vingtaine de musiciens prirent part à Tangerine Dream dont Jerome Froese, fils du disparu.

Depuis ses débuts, le fameux band a fait preuve d'une productivité colossale: hormis une centaine d'enregistrements audio (albums, maxis et singles), Tangerine Dream a composé une vingtaine de bandes originales pour le cinéma.

Ce n'est pas rien. Et cela ne comprend pas les 24 albums solos d'Edgar Froese!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer