• Accueil > 
  • Arts > 
  • Musique 
  • > Carla Bruni au Théâtre Maisonneuve: dans la bulle de Carla 

Carla Bruni au Théâtre Maisonneuve: dans la bulle de Carla

Carla Bruni aurait sans doute fait courir les foules si elle s'était pointée à... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Photo: André Pichette, La Presse

Carla Bruni aurait sans doute fait courir les foules si elle s'était pointée à Montréal il y a dix ans quand son premier album a fait le tabac que l'on sait. Mais voilà, celle qui affirme haut et fort qu'elle n'est pas une bête de scène a relégué ladite scène au second plan quand elle est devenue femme de président.

Le public qui l'attendait dans un Théâtre Maisonneuve presque comble s'est laissé sagement entraîner dans la bulle de la chanteuse française quelque part dans un espace-temps qui, comme elle le chante dans Little French Song, peut sembler démodé et baignant dans la nostalgie mais n'est pas dénué de charme.

On se serait cru dans une boîte à chansons où l'artiste fait systématiquement un petit boniment pour présenter sa prochaine composition. Sa voix chaude au grain fort agréable est toujours à l'avant-plan servie par deux accompagnateurs discrets mais compétents dont la guitare, le piano ou le bugle viennent viennent ajouter des couleurs et du rythme à ses chansons.

On nage en pleine chanson française classique aux accents légèrement jazz, folk ou blues. Certaines chansons ressortent du lot. Elles parlent d'amour «pour varier le plaisir» comme la fort belle J'arrive à toi, arrangée avec goût, que la chanteuse termine à genoux. Ou elles sont plus fantaisistes comme Mon Raymond écrite pour son ex-président de mari qui est dans la salle.

Mais c'est quand elle s'amuse avec les mots, joue avec leur musicalité et leur rythme, comme dans Le toi du moi à la fin de laquelle elle fait mine de reprendre son souffle, que Carla Bruni se distingue vraiment. Elle a beau s'excuser pour un tout ou pour un rien, d'un chat dans la gorge à une bretelle cassée, cette dame, qui se défend bien d'en être une, a une présence qui lui permet malgré son inexpérience relative de se mettre ainsi de l'avant.

Le public montréalais ne l'a pas portée en triomphe mais il l'a écoutée, l'a applaudie respectueusement et s'est levé pour lui réclamer un rappel. À la sortie de la salle, ils étaient quelques-uns à parler d'une surprise agréable, des curieux sans doute qui ne s'attendaient pas à ce que la Carla Bruni mélancolique de ses disques leur accroche un sourire. Sans forcer.




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer