Lykke Li: la scène Verte devenue grise, noire...

Tout au long de cette dernière heure passée à Osheaga, la scène Verte était... (Photo: Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Photo: Olivier Jean, La Presse

Tout au long de cette dernière heure passée à Osheaga, la scène Verte était devenue noire, blanche, gris anthracite.

Li Lykke Timotej Svensson Zachrisson s'est extirpée d'un brouillard de glace sèche, elle a remué ses vêtements sombres comme son décor. Claviers, basse, guitare et batterie aux côtés de la Suédoise. Présence, efficacité.

Après réécoute de ses enregistrements (Youth Novels, Wounded Rhymes, I Never Learn), il y avait lieu de s'attendre à une approche plus lourde, question d'en rajouter une couche et «knockouter» l'auditoire. Ce ne fut pas le cas.

Les albums de Lykke Li sont souvent présentés comme une catharsis. La perte, l'abandon, la rupture y sont dramatiquement mis en rimes, balancés à nos visages. Reste à le faire vraiment sur scène.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Osheaga: cap sur les 10 ans

    Osheaga

    Osheaga: cap sur les 10 ans

    Affichant complet pour une autre année, Osheaga s'est conclu dans le succès, hier soir. Le promoteur evenko a déjà des idées plein la tête pour le... »

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer