27es FrancoFolies: de Brach à Gréco

Pierre Lapointe a préparé une version montréalaise de... (Photo: David Boily, La Presse)

Agrandir

Pierre Lapointe a préparé une version montréalaise de son spectacle Paris Tristesse, qu'il présentera à deux reprises à la Maison symphonique.

Photo: David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Lemay
La Presse

Une création, quelques premières, des «spéciales» franco, un peu de neuf et pas mal de vieux: les FrancoFolies de Montréal ont présenté mercredi dans un Club Soda rempli - et attentif: une rareté - la 27e programmation en salles de leur histoire.

Signe des temps (difficiles), les spectacles sont présentés sur sept jours, huit - du vendredi 12 au samedi 20 juin - si l'on compte le dimanche 14, où seulement deux spectacles sont à l'affiche.

Le spectacle le plus attendu du lot est certes celui de Louis-Jean Cormier, qui vient de reprendre la route avec son nouveau CD, Les grandes artères. L'ex-Karkwa était déjà à l'affiche du Métropolis le 14 mai, mais comme le guichet va bientôt fermer pour ce spectacle, il a accepté l'offre des Francos d'y revenir le mercredi 17 juin avec son amie Marie-Pierre Arthur en première partie.

«Une fois nos fantasmes passés, nous revenons à la réalité de l'offre et de la demande», nous dira Jacques-André Dupont, directeur général de Spectra et, à ce titre, des FrancoFolies, qui n'en est pas moins satisfait de «l'équilibre» de cette programmation.

Équilibre stylistique, générationnel et attractif qui réunit dans la même grille les messieurs Lapointe, Éric et Pierre, et de nouvelles figures comme Souldia, qu'il est possible d'aller voir à prix «francofou», c'est-à-dire 25$ ou moins. Par ailleurs, un billet de 26$ et plus donne droit à un billet gratuit de la catégorie «francofolle». Voir francofolies.com pour la grille complète.

Voici entre-temps, en quatre regroupements thématiques, un survol de la programmation en salles du plus fragile des «grands» festivals montréalais.

Anniversaires

Produit par Spectra Musique avec Yves Desrosiers comme directeur musical, Piaf a 100 ans - Vive la môme! est la seule création présentée aux FrancoFolies. Mais une belle, avec Betty Bonifassi, Florence K, Sylvie Moreau, Marie-Thérèse Fortin, Daniel Lavoie, Yann Perreau (qui signe aussi la mise en scène) et, pour cette seule première, Martha Wainwright.

La chanteuse a 30 ans est le titre de la soirée Marie-Denise Pelletier présentée le 18 juin au Gesù. Le défi du concept? Choisir parmi les 150 titres enregistrés, nous dit la chanteuse (de 30 ans).

Vingt ans après sa sortie, Kevin Parent a accepté pour sa part de livrer l'intégralité de Pigeon d'argile, son premier CD dont il avait vendu 400 000 exemplaires, un nombre pharaonique selon les critères actuels.

Intergénérationnel

Masqué et affublé d'un grand manteau qui nous fait penser à Raôul Duguay, Philippe Brach présentera (le 16 juin au Gesù) le dernier de ses concerts avec quatuor à cordes. Le titre, qui fera peut-être un jour l'objet d'un colloque à l'UQAM: Ça, c't'un beau piano à cordes.

Jacques Michel, lui, a quitté la scène alors que le petit Brach n'était pas encore né. Mais voilà que le svelte septuagénaire revient nous «chercher sur un dinosaure» (du nom de l'un de ses succès) avec ses chansons des années 70 qu'il vient de (ré)enregistrer avec les frères Yves et Marco Savard.

Curieusement, Étienne Daho, grand nom de la pop française des années 90, en sera à sa première présence en tête d'affiche aux FrancoFolies, lui qui est venu en 2011 avec son amie Jeanne Moreau pour présenter Le condamné à mort de Jean Genet.

Grands soirs

Au su de la grille dévoilée hier et nonobstant les éventuelles surprises, trois concerts d'invités français nous semblent promettre de grandes soirées.

D'abord la réunion montréalaise de la famille Chédid - Louis le père, et ses enfants Matthieu, connu ici sous la lettre M, Joseph et Anna: le seul spectacle des Francos présenté à la salle Wilfrid-Pelletier (le 13 juin).

L'autre spectacle «historique» sera assurément celui de Juliette Gréco, en tournée d'adieu intitulée simplement Merci! La «Jolie môme» (Ferré) de 88 ans se rendra aussi à Tadoussac pour faire ses adieux au public québécois.

Enfin, le premier passage à Montréal du rappeur JoeyStarr s'annonce intéressant, ne serait-ce que parce que le monsieur semble avoir la peau plutôt courte.

Poids lourds

Outre Cormier, d'autres stars québécoises sont à l'affiche des 27es FrancoFolies. Pierre Lapointe, le chanteur griffé qui fera deux soirs à la Maison symphonique, a préparé une version «spécial Montréal» de Paris Tristesse, un spectacle conçu pour le public français.

Émile Proulx-Cloutier se produit aussi deux soirs de suite (au Gesù les 13 et 14 juin) dans ce qui serait les dernières prestations montréalaises d'Aimer les monstres.

Patrice Michaud, lui, n'en finit plus de nourrir Le feu de chaque jour tandis qu'Isabelle Boulay, pour l'ouverture du 12 juin à Maisonneuve, a préparé une version spéciale - avec un duo de musiciens - de son spectacle consacré à Serge Reggiani... avec lequel elle avait clos les FrancoFolies de 2014.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer