2013-07-31 08:52:27.000

Dyachkov et Saulnier au sommet

Yegor Dyachkov et Jean Saulnier... (Photo: fournie par le Festival de Lanaudière)

Agrandir

Yegor Dyachkov et Jean Saulnier

Photo: fournie par le Festival de Lanaudière

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Claude Gingras

Claude Gingras
La Presse

Le programme de Lanaudière ne dit pas - et devrait le dire - depuis combien d'années Yegor Dyachkov et Jean Saulnier font de la musique ensemble. Chose certaine, cette Sonate pour violoncelle et piano de Chostakovitch qui couronnait leur récital de mardi soir, ils l'ont jouée au Festival dès 1999, il y a donc 14 ans, ils l'ont enregistrée à ce moment-là et l'ont ensuite reprise à Montréal en 2002.

Enregistrée par Radio-Canada pour diffusion future, l'interprétation de mardi soir nous valut une sorte de rencontre au sommet. De force absolument égale sur le plan instrumental, les deux coéquipiers ont atteint au fil des ans une unité de geste et de pensée qu'on ne saurait souhaiter plus entière. Leur concentration est totale. Chacun écoute l'autre; de ce côté-ci de la rampe, ce sont toujours les deux qu'on suit en même temps, sans jamais perdre de vue la grande technique et la profonde sonorité de Dyachkov et l'étonnante puissance de Saulnier.

Le duo avait centré son programme sur trois sonates contemporaines: celles de Poulenc et de Britten, qui s'imposaient pour l'anniversaire des deux compositeurs, et celle de Chostakovitch. Cette dernière est, des trois, la plus accessible, la seule à faire partie du répertoire courant, probablement aussi la plus intéressante. Dyachkov et Saulnier en ont traduit tous les raffinements sonores et la pleine dimension expressive.

Au Poulenc, plus fantaisiste, et au Britten, plus abstrait, ils ont apporté le même engagement, mais ce qu'ils avaient entre les mains les empêcha de rejoindre vraiment l'auditeur.

Le très court hommage de Britten au mécène Paul Sacher est passé inaperçu. De Fauré, la tendre Sicilienne en début de récital et la transcription de la célèbre mélodie Après un rêve, en rappel, permirent d'apprécier le son du Lavazza de 1750 de Dyachkov.

___________________________________________________________________________

YEGOR DYACHKOV, violoncelliste, et JEAN SAULNIER, pianiste. Mardi soir, Église de Saint-Ambroise-de-Kildare. Dans le cadre du 36e Festival de Lanaudière.

Programme:

Sicilienne, op. 78 (1893) - Fauré

Sonate (1948) - Poulenc

Tema Sacher (1976) - Britten

Sonate en do majeur, op. 65 (1961) - Britten

Sonate en ré mineur, op. 40 (1934) - Chostakovitch

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer