Commentaires islamophobes: Muguette Paillé retire sa candidature

Muguette Paillé devait être candidate à l'investiture du Parti... (Photo François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Muguette Paillé devait être candidate à l'investiture du Parti québécois dans la circonscription de Maskinongé.

Photo François Gervais, Le Nouvelliste

(Québec) Muguette Paillé ne représentera pas le Parti québécois dans la circonscription de Maskinongé. Elle a présenté des excuses et retiré sa candidature, mardi, après qu'il fut révélé qu'elle a cautionné des commentaires islamophobes sur les réseaux sociaux.

Le blogue xaviercamus.com a révélé que Mme Paillé fait partie de plusieurs groupes associés à l'extrême-droite sur Facebook.

Au cours des dernières semaines, elle a formulé ou cautionné une série de commentaires agressifs dans ces forums de discussion, notamment au sujet de l'Islam.

Mme Paillé a «aimé» un commentaire qui présente l'Islam comme une «idéalogie (sic) démoniaque totalitaire». Elle a aussi «aimé» qu'un internaute propose de «castrer avec une lame de rasoir» les musulmans pour «les empêcher de violer les femmes et les petites filles».

Elle a également qualifié le premier ministre Justin Trudeau d'«antinationaliste», de «voleur» et de «menteur», et présenté Philippe Couillard comme un «cheikh».

Informé du comportement de sa candidate à l'investiture sur le web, le PQ a immédiatement entamé des vérifications et recueilli la version des faits de Mme Paillé.

Dans une lettre envoyée mardi à la direction du parti, elle a confirmé qu'elle ne sera finalement pas candidate à l'investiture.

«Je reconnais la maladresse de plusieurs de mes actions sur les réseaux sociaux, que je regrette, a-t-elle écrit dans sa lettre au directeur général, Alain Lupien. Si j'ai pu choquer ou offenser mes concitoyens, je m'en excuse sincèrement.»

Mme Paillé a dit ne pas «partager l'interprétation qui est faite de mes propos et de mes gestes».

«J'ai toujours cru en une nation québécoise forte, fière de ses origines et de son ouverture, tout comme je crois en la défense et la promotion de notre langue commune, a-t-elle écrit. Je continuerai, comme citoyenne, à défendre cette fierté.»

Ce développement constitue une tuile pour le chef péquiste Jean-François Lisée. Vendredi dernier, il avait applaudi la candidature à l'investiture de Mme Paillé. Il l'avait présentée sur Twitter comme «la voix de la sagesse populaire, du monde qui en arrache et qui veulent un gouvernement au service des gens».

Mme Paillé est devenue célèbre lors de la campagne électorale fédérale de 2011. Lors du débat des chefs, elle a provoqué des échanges endiablés en demandant aux candidats ce qu'ils comptaient faire pour relancer l'emploi dans sa région. Son intervention en a fait une véritable icône du ras-le-bol des citoyens de la Mauricie.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer