PQ: le chef de l'aile jeunesse dans une entreprise en conflit de travail

Marc-André Bouvette est employé de Delastek depuis environ... (PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL)

Agrandir

Marc-André Bouvette est employé de Delastek depuis environ un an. Une cinquantaine de syndiqués de Delastek sont en grève depuis le 1er avril 2015.

PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne

Le président du Comité national des jeunes du Parti québécois travaille aux ressources humaines pour une entreprise impliquée dans un des plus longs conflits de travail au Québec.

Marc-André Bouvette est employé de Delastek depuis environ un an, a confirmé le porte-parole du PQ, Yanick Grégoire. Le parti a senti le besoin d'émettre une déclaration officielle pour clarifier la situation, le jour même où des élus du parti allaient appuyer les travailleurs en lock-out de l'aluminerie ABI.

Une cinquantaine de syndiqués de Delastek - une entreprise de Shawinigan spécialisée en cabines de pilotage - sont en grève depuis le 1er avril 2015.

Dans son programme adopté au congrès de septembre 2017, le PQ a pris des positions claires en faveur du syndicalisme, notamment le renforcement des dispositions anti-briseurs de grève, une loi-cadre pour les regroupements de travailleurs autonomes, ainsi que des mesures contre les délocalisations et les fermetures qui visent à empêcher l'exercice du droit à la syndicalisation.

Contacté par La Presse canadienne chez son employeur mercredi après-midi, M. Bouvette n'a pas voulu expliquer comment il conciliait sa situation avec les positions social-démocrates de son parti et a coupé court à l'entretien.

« Le conflit est davantage vers une fin », a-t-il dit, en précisant toutefois qu'il n'était pas porte-parole de l'entreprise.

« J'aurais tendance à rediriger votre appel vers notre attaché de presse. On pourrait prévoir un meilleur forum que celui-là pour la poursuite des questions. »

L'attaché de presse du PQ, Yanick Grégoire, a émis plus tard en journée par courriel une déclaration du dirigeant de son aile jeunesse: « J'ai amorcé un stage et ensuite une relation professionnelle avec Delastek il y a environ un an, soit après le début du conflit, peut-on lire. Depuis, à titre de coordonnateur des ressources humaines, j'oeuvre, entre autres fonctions, à une résolution du conflit à la satisfaction de toutes les parties. Il s'agit là de l'exercice de ma profession, et non pas de mes implications politiques. À titre de président de l'aile jeunesse du Parti québécois, j'adhère aux valeurs et à la vision du Comité national des jeunes et du programme du Parti québécois. »

Incidemment, plus tôt mercredi, le porte-parole en matière de travail du PQ, le député de Beauharnois, Guy Leclair, est sorti donner son appui aux travailleurs en lock-out de l'aluminerie ABI de Bécancour, qui manifestaient devant l'Assemblée nationale. Les lockoutés d'ABI devaient aussi rencontrer le chef Jean-François Lisée.

L'Assemblée nationale a adopté à l'unanimité une motion de Québec solidaire reconnaissant les « impacts négatifs » du conflit de travail d'ABI et demandant aux parties de reprendre les négociations.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer