Eaux usées: Ottawa n'apporte pas de solution, dit Couillard

Prudent, Philippe Couillard a rappelé qu'il n'avait aucunement... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Prudent, Philippe Couillard a rappelé qu'il n'avait aucunement l'intention de s'immiscer dans la campagne électorale fédérale.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
REYKJAVIK, Islande

Ottawa n'apporte aucune solution concrète au problème de gestion des eaux usées de Montréal, a indiqué jeudi le premier ministre Philippe Couillard, réagissant à la décision du gouvernement fédéral de suspendre le déversement prévu d'eaux usées dans le Saint-Laurent, annoncée la veille.

Prudent, M. Couillard a rappelé qu'il n'avait aucunement l'intention de s'immiscer dans la campagne électorale fédérale.

«Personne ne trouve agréable cette affaire-là» de déversement de 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve, a indiqué M. Couillard, lors d'un point de presse en Islande.

Mais la décision d'Ottawa de suspendre la procédure «n'apporte rien de différent», a-t-il dit.

«Je n'ai pas entendu hier de nouvelle idée sur la façon d'aborder ça», donc de régler la question autrement, a commenté le premier ministre, en ajoutant que plusieurs autres villes canadiennes faisaient la même chose que Montréal.

Mercredi, le gouvernement conservateur a annoncé en qu'il avait décrété un «arrêté provisoire» de l'opération en vertu de l'article 37 de la Loi fédérale sur les pêches.

Lors d'une conférence de presse à Saguenay, le ministre Denis Lebel a affirmé de la part de la ministre de l'Environnement, Leona Aglukkaq, qu'Ottawa nommera un expert qui sera responsable d'étudier «toutes les informations liées à ce projet», puisque le fédéral ne sait pas si les substances déversées dans le fleuve auront «un degré de toxicité aigu».

Dans un communiqué, la ministre Aglukkaq a indiqué que Montréal n'avait pas fait d'étude sur les impacts environnementaux du déversement prévu de 8 milliards de litres d'eaux usées. Elle a rappelé qu'elle se devait d'être «diligente» pour protéger le cours d'eau.

Selon la ministre, l'avis d'un expert indépendant permettra de déterminer la meilleure option.

Montréal avait l'intention de rejeter ses eaux usées du 18 au 25 octobre, dans le cadre d'un plan pour déplacer une chute à neige située sous l'autoroute Bonaventure.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer