La valse sans fin des nominations

Dans la liste des nominations mal ficelées, celle... (PHOTO NINON PEDNAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Dans la liste des nominations mal ficelées, celle d'André Boisclair à New York remporte la palme. Ce dernier avait demandé, et obtenu, une permanence à vie dans la fonction publique avec son poste de délégué.

PHOTO NINON PEDNAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Lessard
Denis Lessard

ANALYSE

La Presse

(Québec) Des nominations à la 11e heure, sans même prévenir les gens qu'on les éjectait de leur siège. Avec la bisbille apparue au Conseil du statut de la femme, le gouvernement Marois a ouvert une boîte de Pandore et démontré clairement qu'il n'avait pas mis en place un mécanisme rigoureux pour procéder aux nominations.

Les quatre postes comblés au conseil d'administration étaient libres depuis des mois, avant que quelqu'un tout à coup se rende compte qu'il serait utile d'y nommer des candidates favorables au projet de charte des valeurs. Même la CSN a réprouvé vendredi la décision du gouvernement - un geste «cavalier»; on n'avait même pas prévenu la représentante de la Centrale, Véronique DeSève, de son remplacement. Le cas de Recyc-Québec est moins connu, mais aussi pathétique: l'atterrissage du président Benoît de Villiers a été compliqué - les membres du conseil refusaient de le choisir, et le gouvernement a dû trouver des remplaçants plus coopératifs le printemps dernier. Le changement de garde au BAPE s'était aussi fait dans le sang, l'automne dernier.

Ces nominations se font sous la responsabilité du Conseil exécutif, l'équivalent du ministère de la première ministre Pauline Marois. Les «emplois supérieurs» relèvent de Ginette Galarneau, une fonctionnaire de confiance pour Mme Marois et son bras droit, sa chef de cabinet Nicole Stafford - elles travaillaient ensemble à l'époque du gouvernement Bouchard. Son rôle est ingrat; c'est celui du bourreau qui annonce la «démission».

Or, au cours des dernières semaines, les coches mal taillées se sont accumulées. Heureusement pour le gouvernement, elles passent souvent sous le radar des médias. Un exemple parmi d'autres: Québec a dû demander à l'avocat Jean Bazin de démissionner du poste qu'on venait pourtant de lui confier. Membre du conseil d'Hydro-Québec, M. Bazin, avocat chez Fraser Milner, venait d'être dégommé de la présidence du conseil à Investissement Québec. On voulait y envoyer un ami, Jean-Claude Scraire. Or, Québec s'en est rendu compte après coup, Fraser Milner représente une société en litige avec Hydro-Québec - Jean Bazin ne pouvait rester parmi ses administrateurs.

Dans la liste des nominations mal ficelées, celle d'André Boisclair à New York remporte la palme. Ce dernier avait demandé, et obtenu, une permanence à vie dans la fonction publique avec son poste de délégué. Au surplus, on avait oublié d'annoncer cet avantage qui, pourtant, se trouvait en toutes lettres dans le décret de nomination adopté par le Conseil des ministres.

L'École nationale d'administration publique affiche complet. Bien des mandarins du gouvernement Charest s'y trouvent parqués, tous conservent leur salaire, leur régime de retraite généreux, bien évidemment. À l'arrivée de Robert Bourassa, on y avait envoyé Louis Bernard, un grand commis de l'État. Quand Jean Charest est arrivé, on y a remisé Gilbert Charland, un autre mandarin grosse pointure. Les deux, revenus en force avec le retour du PQ au pouvoir, remplacés bien sûr par des libéraux à l'ENAP.

Car c'est une règle non écrite dans le monde des «administrateurs d'État». On peut vous arracher vos responsabilités, vous délester de vos dossiers, vous priver de toute influence, confisquer votre fierté, votre amour-propre, vous confiner dans un bureau exigu, mais on ne vous enlève pas votre salaire. D'anciens sous-ministres, qui gagnent souvent plus de 150 000 $ par année, sont garés dans des organismes, sans mandat, sans travail; personne ne leur demande de comptes. Dans le meilleur des cas, on vous prête «poste et crédits» à une organisation fauchée. Le lien d'emploi demeure, les contribuables québécois continuent, bien sûr, de payer votre salaire et votre pension.

Car à chaque changement de pouvoir à Québec, les amis s'agitent, le temps presse pour entrer dans une secte bien méconnue, le RRAS, le Régime de retraite de l'administration supérieure. Ce pactole vous garantit une retraite dorée. Le temps ne fait rien à l'affaire, puisqu'une fois en poche, vous le conservez quoi qu'il advienne. «RRAS un jour, RRAS toujours»: une expression bien répandue chez nos mandarins de la Vieille Capitale.

Pareil avant

Mais le gouvernement Marois n'est pas différent de ses prédécesseurs. À l'arrivée des libéraux au pouvoir en 2003, un militant influent, le communicateur Raymond Boucher, régnait sans partage sur un comité qui se réunissait une fois par semaine, décidait du sort de l'ensemble des présidents d'organismes et des sous-ministres. Il ne s'était pas oublié et s'était nommé rapidement président du conseil d'administration de la Société des alcools. Par la suite, il avait fait nommer un proche, Sylvain Toutant, patron de la société d'État, délogeant sans ménagement Louis Roquet, plus proche de l'administration précédente.

Sous le gouvernement Parizeau, un ancien chef de cabinet péquiste, Luc Roy, avait la responsabilité de la liste des fonctionnaires amis, ou plus exactement "à l'aise avec l'orientation du gouvernement». C'était lui le bourreau à l'époque. Malheur aux incroyants.

Avant? Eh bien, c'était pareil. Des apparatchiks péquistes racontent encore avec émotion leur entretien, souvent bref, toujours douloureux, avec Roch Bolduc. Le futur sénateur avait été désigné comme «hatchet man», le bourreau de l'équipe de Robert Bourassa, portée au pouvoir fin 1985. Ailleurs? Ce n'est pas mieux. Au fédéral, être ministre «responsable du Québec» a longtemps signifié être le dépositaire du «cartable« où se trouve la liste des postes disponibles et que l'on montre aux amis politiques, pour qu'ils choisissent entre commissaire à la citoyenneté ou aux libérations conditionnelles.

Sous Lucien Bouchard, le bourreau était Gilles Rosario Tremblay, «Gilles R» pour les initiés, il était déjà dans les parages à l'époque de René Lévesque. L'anecdote est suave: un jour, un mandarin lui demanda: «Monsieur Tremblay, qui donc guillotine les bourreaux?»

Personne. Le mandarin est devenu juge à la Cour du Québec. Gilles R, lui, s'était nommé à la tête de la Commission de la fonction publique, une sinécure.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer