Montréalaise refoulée à la frontière: Ottawa refuse de dénoncer

Manpreet Kooner, née au Canada de parents indiens,... (PHOTO TIRÉE DU COMPTE FACEBOOK DE MANPREET KOONER)

Agrandir

Manpreet Kooner, née au Canada de parents indiens, a affirmé à CBC avoir été retenue pendant six heures à la frontière, dimanche, alors qu'elle tentait de se rendre dans un spa du Vermont avec deux amies.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE FACEBOOK DE MANPREET KOONER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Ottawa refuse de dénoncer la multiplication des cas de Canadiens refoulés à la frontière américaine, au lendemain d'un nouvel incident impliquant une Montréalaise qui se serait vu refuser l'accès aux États-Unis.

Manpreet Kooner, née au Canada de parents indiens, a affirmé à CBC avoir été retenue pendant six heures à la frontière, dimanche, alors qu'elle tentait de se rendre dans un spa du Vermont avec deux amies. La résidante de l'arrondissement LaSalle a dû rebrousser chemin et devra demander un visa si elle veut tenter de retourner aux États-Unis, rapporte CBC.

Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères, n'a pas voulu blâmer le gouvernement américain pour ce nouvel incident. « Chaque pays contrôle sa frontière, a-t-elle dit lors d'un point de presse lundi à Ottawa. Nous, les Canadiens, avons notre propre frontière et les Américains de leur côté contrôlent leur frontière. »

Pressée de questions par les journalistes, la ministre a fait valoir que le contrôle des frontières constitue « un aspect de la souveraineté qui est important pour les Américains et pour nous ».

« Notre gouvernement a travaillé très, très fort, très étroitement pour avoir des relations proches et professionnelles avec l'administration américaine, a-t-elle ajouté. Dans nos discussions avec l'administration américaine, nous soulignons toujours l'importance d'avoir une frontière que nos biens et nos citoyens peuvent franchir. »

L'opposition fulmine

Cette réponse tiède du gouvernement fédéral a fait bondir l'opposition néo-démocrate à Ottawa. Matthew Dubé, critique en matière de Sécurité publique pour le NPD, accuse les troupes de Justin Trudeau de faire « de l'aveuglement volontaire » dans ce dossier.

« C'est hallucinant : on a un gouvernement fédéral qui dit aux Canadiens, avec l'élection de M. Trump, que tout le monde avec un passeport canadien va être traité de façon appropriée à la frontière et qu'on ne verra pas de changement, alors que les cas de gens qui sont refoulés à la frontière se multiplient », a lancé le député de Beloeil-Chambly.

Matthew Dubé soutient que les cas comme celui de Manpreet Kooner constituent clairement du « profilage » et du « racisme ».

Dans les dernières semaines, une femme de Brossard ainsi qu'un jeune athlète sherbrookois d'origine marocaine, détenteurs d'un passeport canadien, se sont aussi vus refuser l'accès aux États-Unis.

Nouveau décret

Concernant la nouvelle mouture du décret migratoire de Donald Trump présentée lundi à Washington, la ministre Chrystia Freeland a là aussi refusé de se prononcer positivement ou négativement. Cette nouvelle directive américaine empêchera les ressortissants de six pays musulmans (Iran, Syrie, Soudan, Libye, Somalie et Yémen) d'entrer aux États-Unis pendant 90 jours. Les réfugiés syriens seront quant à eux interdits d'accès pour 120 jours.

« Comme le premier ministre l'a dit à Washington, ce n'est pas notre travail de décider la politique des États-Unis, a dit Mme Freeland. C'est assez pour nous de faire la politique au Canada. »

La ministre des Affaires étrangères souligne que la politique d'accueil canadienne restera la même. « Le Canada est un pays ouvert aux immigrants et aux réfugiés, et je veux souligner l'appui - mon appui personnel et l'appui du gouvernement des immigrants, des réfugiés et des citoyens musulmans. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer