La marijuana ne sera pas une vache à lait de l'État, promet Trudeau

Les libéraux souhaitent légaliser le pot pour des motifs de... (PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Les libéraux souhaitent légaliser le pot pour des motifs de santé et de sécurité publiques, pas pour faire de l'argent, a indiqué cette semaine le premier ministre, dans son entrevue de fin d'année à La Presse Canadienne.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jim Bronskill
La Presse Canadienne
Ottawa

Même si la légalisation de la marijuana pourrait générer «certaines recettes fiscales», le gouvernement fédéral ne s'attend pas à faire de ce commerce une vache à lait pour l'État, a admis Justin Trudeau.

Les libéraux souhaitent légaliser le pot pour des motifs de santé et de sécurité publiques, pas pour faire de l'argent, a indiqué cette semaine le premier ministre, dans son entrevue de fin d'année à La Presse Canadienne.

Tout revenu fiscal tiré de ce commerce devrait ensuite être consacré au traitement de la toxicomanie, au soutien en matière de santé mentale et aux programmes d'éducation - et non aux recettes générales de l'État, a soutenu M. Trudeau, mercredi.

Les libéraux ont promis de légaliser la marijuana tout en restreignant l'accès à cette drogue. Ils soutiennent que la prohibition n'a pas empêché les jeunes gens de consommer de la marijuana et que trop de Canadiens condamnés pour possession simple se retrouvent ainsi avec un casier judiciaire.

Le gouvernement souhaite abroger les articles du Code criminel qui interdisent la consommation et la possession simple, mais punir par ailleurs plus sévèrement ceux qui vendent la drogue à des mineurs ou qui conduisent un véhicule avec les facultés affaiblies par la marijuana.

M. Trudeau a déjà promis de former un groupe de travail, composé de représentants des trois ordres de gouvernement, pour imaginer un système de distribution et de vente au détail de la marijuana, avec les conseils d'experts en santé publique, en toxicomanie et en répression du crime. Ce système prévoirait bien sûr des taxes d'accise fédérale et provinciales.

Le premier ministre a cependant prévenu que si ces taxes sont trop élevées, certains consommateurs se tourneront vers le marché noir, comme on l'a vu parfois avec la cigarette, et on retournera alors à la case départ pour ce qui a trait à la sécurité publique.

En visite à Vancouver, jeudi, M. Trudeau a souligné l'importance d'entendre tous les points de vue lors des consultations préliminaires, notamment ceux des municipalités, des provinces et du secteur de la marijuana médicinale. Il faudra aussi aller voir ce qui se fait ailleurs dans le monde, a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer