Lutte contre le terrorisme: «Nous sommes en retard», dit Blaney

Steven Blaney et Peter MacKay... (PHOTO CHRIS WATTIE, REUTERS)

Agrandir

Steven Blaney et Peter MacKay

PHOTO CHRIS WATTIE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le projet de loi antiterroriste vise à corriger d'importantes lacunes qui freinent le travail des forces policières et des services de renseignements dans leurs efforts pour contrer le terrorisme, estime le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney.

Le Canada est le seul pays occidental qui ne donne pas à son agence de renseignement (SCRS) le pouvoir de perturber les sombres projets des groupes terroristes, a soutenu mardi matin M. Blaney, au premier jour des audiences du comité parlementaire chargé d'étudier le projet de loi C-51.

«Nous sommes en retard. Présentement, tous les autres services de renseignements de nos alliés font de la réduction de la menace. Ils sont capables de poser des gestes», a laissé tomber M. Blaney.

Le ministre a aussi dit juger inacceptables les «silos bureaucratiques» qui existent encore aujourd'hui en matière de partage d'informations. Il estime logique que les agences et organisations responsables d'assurer la sécurité du pays puissent partager des informations pertinentes sur des individus qui pourraient représenter une menace.

Accompagné du ministre de la Justice Peter MacKay, M. Blaney a soutenu que les nouvelles mesures proposées par le gouvernement sont essentielles pour protéger la sécurité des Canadiens.

Il a aussi dit vouloir remettre «les pendules à l'heure» quant aux conséquences de ce  projet de loi sur les droits et libertés au pays. Ce projet de loi contient les mécanismes qui s'imposent pour s'assurer qu'il protège les droits fondamentaux des Canadiens, a-t-il argué.

Il a balayé du revers de la main l'inquiétude soulevée par le NPD selon laquelle les pouvoirs accrus accordés au SCRS pourraient leur permettre de perturber des manifestations pacifiques.

«C'est ridicule», a-t-il affirmé sans ambages, soulignant à titre d'exemple que le SCRS ne se soucierait pas d'une manifestation qui serait jugée illégale dans les rues de Montréal parce que les organisateurs n'auraient pas obtenu un permis au préalable.

Rappelons que le projet de loi C-51 donnerait au SCRS le pouvoir de perturber des complots terroristes. Il criminaliserait aussi l'apologie du terrorisme et faciliterait le partage d'informations entre les différents organismes du gouvernement fédéral. C-51 rendrait également plus facile de limiter les déplacements de personnes soupçonnées de vouloir se rendre à l'étranger  pour participer à des activités terroristes.

Durant son témoignage, le ministre s'est quelque peu emporté devant les critiques des députés du NPD. Il est allé jusqu'à évoquer l'holocauste pour étoffer son argumentaire.

«L'holocauste n'a pas commencé dans les chambres à gaz; ça a commencé par des mots», a affirmé le ministre quand il a été appelé à défendre une clause du projet de loi qui rend illégal l'apologie du terrorisme.

Cette allusion à l'holocauste a fait sursauter le député néo-démocrate Randall Garrison, qui a pressé le ministre à retirer ses paroles.

Loin de faire son mea culpa, M. Blaney en a rajouté en répondant entièrement en français à son collègue anglophone.

«La violence, ça commence avec des mots; la haine, ça commence avec des mots», a rétorqué le ministre en rappelant le génocide au Rwanda.

«Il est important qu'on se dise les vraies affaires. Si c'est un chat, c'est un chat. Les discours extrémistes, les langages qui vont à l'encontre des valeurs canadiennes, le langage haineux n'ont pas leur place au Canada», a-t-il ajouté.

«Je maintiens mes propos et je vous redis que l'holocauste n'a pas commencé dans les chambres à gaz, il a commencé avec des mots», a-t-il encore dit.

Pour sa part, le ministre de la Justice Peter MacKay a soutenu que cette clause sur l'apologie du terrorisme était bien encadrée dans le projet de loi. «Le test appliqué ici est la promotion ou le plaidoyer en faveur, alors l'encouragement, les efforts faits pour attirer une personne vers l'exécution d'actes terroristes», a souligné le ministre MacKay.

- Avec Lina Dib, La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer