Baisse du taux directeur: Mulcair accuse le gouvernement d'improviser

Le chef du NPD, Thomas Mulcair... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le chef du NPD, Thomas Mulcair

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La décision surprenante de la Banque du Canada d'abaisser son taux directeur d'un quart de point démontre que l'économie canadienne bat davantage de l'aile que ce que le gouvernement Harper a bien voulu admettre jusqu'ici, estime le chef du NPD, Thomas Mulcair.

De passage à Toronto, mercredi, M. Mulcair a soutenu que le gouvernement conservateur montre de plus en plus des signes d'improvisation devant la chute importante du prix du pétrole.

 À preuve, le ministre des Finances Joe Oliver a décidé de reporter au mois d'avril le dépôt de son budget pour mieux évaluer l'impact de la baisse des cours du pétrole sur les revenus du gouvernement fédéral.

Au lieu d'être en mode passif, le gouvernement Harper devrait soumettre un plan budgétaire qui permettrait de naviguer dans ces eaux houleuses, a soutenu M. Mulcair «La décision de la Banque du Canada de baisser son taux d'intérêt est une indication plutôt concluante que (...) l'économie canadienne ne va pas aussi bien que Stephen Harper voudrait bien nous le faire croire», a dit M. Mulcair.

«M. Harper n'a rien mis qui vaille sur la table (pour contrer les effets du choc pétrolier). En fait, la seule chose qu'il a proposée, c'est un plan pour prendre des milliards de dollars de la classe moyenne et pour les donner aux 15 % des familles les plus riches au Canada (en baisse d'impôts)», a ajouté le chef du NPD.

Selon M. Mulcair, le diagnostic que pose la Banque du Canada sur l'état de santé de l'économie devrait convaincre le gouvernement Harper d'annuler le fractionnement du revenu pour les couples ayant des enfants de moins de 18 ans. Cette mesure, annoncée par le premier ministre en octobre dernier, est rétroactive au 1er janvier 2014 et privera le fisc de près de trois milliards de dollars en revenu par année au moment même où Ottawa devra composer avec une baisse de ses revenus résultat du choc pétrolier.

Au bureau du premier ministre, on écarte catégoriquement cette option. «Les baisses de taxes et d'impôts pour les familles annoncées par le premier ministre iront de l'avant cette année tel que prévu. Comme promis, notre gouvernement équilibrera le budget en 2015», a affirmé Carl Vallée, un proche collaborateur de Stephen Harper.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer