Centre de compostage de Saint-Laurent: une «chasse aux sorcières», dit Zajdel

L'ancien conseiller municipal Saulie Zajdel lors de son... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

L'ancien conseiller municipal Saulie Zajdel lors de son arrestation par l'UPAC en juin.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ancien conseiller municipal Saulie Zajdel estime être la victime d'une «chasse aux sorcières» dans le dossier d'implantation d'un centre de compostage dans l'arrondissement de Saint-Laurent, qui fait l'objet de vérifications policières.

M. Zajdel a été montré du doigt par la présidente du comité exécutif de Montréal, Josée Duplessis, qui a dénoncé des «faits troublants», en février dernier, auprès de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), l'Escouade de protection de l'intégrité municipale (EPIM) et le contrôleur général de la Ville.

Dans sa lettre que La Presse a obtenue, Mme Duplessis a rapporté les allégations faites par son collègue du conseil municipal, Harout Chitilian, lors d'une réunion de travail concernant le centre de compostage de Saint-Laurent. L'implication comme lobbyiste de Saulie Zajdel soulevait alors des questions, d'autant plus que son nom n'apparaissait pas au registre des lobbyistes pour des activités d'influence dans ce dossier précis.

Dans une lettre qu'il a fait parvenir à La Presse, M. Zajdel écrit être «enclin à croire qu'il y a une chasse aux sorcières visant à salir [sa] réputation». De plus, il affirme que «ce dossier est hautement politisé», soulignant au passage que Mme Duplessis est membre de Projet Montréal. La Presse a tenté de joindre M. Zajdel à deux reprises sans succès.

Par écrit, il précise son rôle dans ce dossier afin «de rectifier la vérité et corriger les inexactitudes». Ainsi, il indique avoir conseillé l'entreprise Crest Realties qui est propriétaire du terrain sur lequel doit être construit le centre de compostage.

Saulie Zajdel affirme que, contrairement à ce que prétend Mme Duplessis en se basant sur les propos de M. Chitilian, il a reçu un mandat de Crest Realties après que «l'entreprise eut été informée qu'une réserve de 2 ans» sur sa propriété avait été votée par le conseil municipal. "À aucun moment et d'aucune manière ai-je été impliqué dans la décision et le choix des services de la ville sur ce sujet», soutient M. Zajdel, qui ajoute que l'entreprise était même «extrêmement fâchée» de la décision de la Ville.

Il explique également avoir participé à une rencontre avec des représentants de Crest Realties et de la Ville mais qu'il ne s'agissait pas d'une séance de négociation. De plus, il était présent à une assemblée de consultation publique. Ces deux éléments, précise-t-il, «constituent la totalité de mon implication dans ce projet».

Arrêté avec Applebaum

Dans un tout autre dossier immobilier réalisé dans l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Saulie Zajdel est accusé d'avoir corrompu un fonctionnaire à qui il aurait versé des commissions secrètes. M. Zajdel a été arrêté en juin dernier en même temps que l'ex-maire de Montréal, Michael Applebaum.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer