David Suzuki veut garantir de l'air pur partout au pays

L'écologiste canadien David Suzuki.... (Photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

L'écologiste canadien David Suzuki.

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sue Bailey
La Presse Canadienne
SAINT-JEAN, T.-N.-L.

Il s'agit sans doute de la dernière campagne importante de David Suzuki, de l'avis même du militant environnementaliste, mais celle-ci aura un objectif beaucoup plus ambitieux qu'à l'habitude: enchâsser le droit à un air et une eau propres au sein de la Charte des droits et libertés.

M. Suzuki, âgé de 78 ans, dit déjà entendre les critiques, surtout en ce qui concerne la complexité des modifications constitutionnelles. Comme il le rappelle, pourtant, cela ne fait pas si longtemps que les femmes n'avaient pas le droit de vote, et que l'homosexualité était illégale.

Selon lui, «les choses changent, et nos systèmes juridiques reflètent les changements qui sont possibles alors que nous commençons à garantir des protections et des droits».

M. Suzuki a été de presque tous les combats environnementaux, des barrages hydroélectriques aux pétroliers le long de la côte britanno-colombienne. Pour lui, les changements constitutionnels sont un objectif à long terme qui débuteraient à l'échelon municipal, pour aboutir à Ottawa.

L'environnementaliste affirme d'ailleurs en avoir «fini avec la lutte», et dit plutôt vouloir rassembler les gens autour de sujets suscitant l'adhésion de tous.

M. Suzuki lancera sa plus récente - et peut-être dernière - quête mercredi à Saint-Jean de Terre-Neuve, dans le cadre de sa tournée nationale appelée Blue Dot Tour. Une vingtaine d'autres arrêts sont prévus avant la fin de la tournée, le 9 novembre en Vancouver.

En plus de discours de M. Suzuki, la tournée comprendra plusieurs invités, y compris Neil Young, Feist, Margaret Atwood, Bruce Cockburn, Jim Cuddy et Robert Bateman.

L'environnementaliste dit espérer que sa démarche pousse les gens à s'interroger à savoir pourquoi d'autres pays reconnaissent officiellement le droit à un environnement sain, mais pas le Canada.

Un porte-parole de la ministre de l'Environnement Leona Aglukkaq n'a pas voulu se prononcer sur les ambitions constitutionnelles de M. Suzuki; Shane Buckingham a plutôt parlé de l'expansion du Plan de conservation national pour les zones protégées, en plus d'efforts visant à réduire les émissions polluantes et à faire respecter des normes «sévères» en matière de qualité de l'air.

M. Suzuki sera à Montréal, le 12 et le 15 octobre, mais sa conférence du 12 est déjà à guichets fermés. Il reste encore des billets pour le concert-bénéfice du 15 qui se déroulera au théâter Corona. La tournée s'arrêtera aussi à Ottawa, le 17 octobre.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer