Couillard ne peut s'engager à maintenir les investissements en culture numérique

Le chef du PLQ, Philippe Couillard... (Photo Ryan Remiorz, PC)

Agrandir

Le chef du PLQ, Philippe Couillard

Photo Ryan Remiorz, PC

(Trois-Rivières) Philippe Couillard ne sait pas si l'état des finances publiques lui permettra de maintenir l'enveloppe de 150 millions sur sept ans pour la stratégie numérique culturelle annoncée par le gouvernement péquiste.

«On a un cadre financier. Il faut que tout ça entre dans notre cadre financier», a répondu le chef libéral lors d'une conférence de presse sur la santé mercredi. À son arrivée au pouvoir, il demanderait au vérificateur général de brosser un portrait des finances publiques afin de vérifier si le dernier état des lieux donné par le gouvernement péquiste est conforme à la réalité.

En 2012, le Parti québécois promettait 87 millions de plus par année en culture. Ces promesses ont été laissées de côté quelques semaines après son arrivée au pouvoir à cause du contexte budgétaire.

Le gouvernement péquiste a toutefois lancé une stratégie numérique et un fonds pour pérenniser le financement du programme Mécénat placement. Ce programme, lancé par les libéraux, permet d'apparier, et parfois doubler ou tripler, les dons en culture. Le gouvernement péquiste le finance désormais par la taxe sur le tabac, à hauteur de cinq millions, pour libérer de l'argent du budget du ministère de la Culture. «On veut poursuivre (ce programme), et si possible même de l'enrichir, car ça a eu un grand succès», a dit M. Couillard.

«Mais les actions qu'on veut mener de façon prioritaire, c'est d'abord d'assurer le rayonnement de la culture québécoise à l'étranger. Par exemple, lorsqu'on fera des missions économiques à l'étranger, je vais insister pour que des créateurs fassent partie également de ces missions.»

Il promet aussi de donner suite à une recommandation du rapport déposé par Dominique Payette, aujourd'hui candidate péquiste, au gouvernement Charest en 2010. «On va faire en sorte que les télés communautaires soumettent leur programme, leur information locale et régionale sur une plateforme web», s'est engagé M. Couillard.

Le chef libéral n'a pratiquement pas parlé de culture durant la campagne électorale. Ce sont les journalistes qui ont pris l'initiative de lui poser des questions à ce sujet mercredi.

Vers un nouveau MAC ?

Pauline Marois a annoncé cet hiver une aide de 550 000 dollars pour financer les études techniques sur l'agrandissement du Musée de l'art contemporain de Montréal. La nouvelle mouture du projet coûterait 44 millions de dollars, soit deux fois moins cher que la version initiale.

On demande 18,5 millions à Québec pour le projet. L'aide n'a pas été confirmée. M. Couillard ne s'est pas positionné. Mais il a rappelé qu'il 'agit d'un investissement infrastructures. Et que les libéraux veulent rétablir les investissements dans ce domaine, avec une hausse de 1,5 milliard par année durant 10 ans. «On va prioriser rapidement à notre arrivée au gouvernement de nouveaux projets, surtout des projets prêts à entrer en exécution, parce qu'on veut créer de l'emploi», a dit le chef libéral.

«Une Métropole doit avoir des infrastructures culturelles de qualité. Il y a déjà le quartier des spectacles qui est très avancé. Ce projet-là et la Maison symphonique, moi je veux que Montréal rayonne (...) culturellement», a-t-il ajouté.

Peu de détails sur le budget

Le dernier budget péquiste prévoit une hausse de 3% des dépenses en santé et en éducation, et une diminution de 0,8% pour l'ensemble des autres ministères.

Quant aux libéraux, leur cadre financier ne donne pas de précision sur la culture. Ils augmenteraient les dépenses de 3,5% en éducation et de 4% en santé. Dans l'ensemble des autres ministères, les budgets seraient gelés. «En 2003, on avait fait la même chose, ce qui ne nous a pas empêchés de faire des investissements en culture. Parce qu'au milieu de ce gel global, il y a des choix à faire, des choses qu'on peut augmenter, et d'autres qu'on peut diminuer.»  

Le premier budget péquiste prévoyait une hausse de 2,1% des dépenses en culture. Mais cette hausse servait principalement à couvrir la hausse des frais d'exploitation de la Maison symphonique et du service de dette subventionnée.

Le financement en culture a augmenté de 35% sous le gouvernement Charest, contrairement à 5% pour les autres ministères.




la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer