Stephen Harper refuse de parler d'une «récession»

Stephen Harper... (PHOTO CHRIS WATTIE, REUTERS)

Agrandir

Stephen Harper

PHOTO CHRIS WATTIE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lina Dib
La Presse Canadienne
Ottawa

Le chef conservateur Stephen Harper refuse de prononcer le mot récession ou de le définir, alors qu'on attend des données, mardi, qui confirmeront probablement que le Canada est en récession technique.

Depuis le début de la campagne électorale, le premier ministre sortant doit défendre son bilan économique.

Aux journalistes qui lui ont demandé deux fois plutôt qu'une, lundi matin à Ottawa, de définir ce qu'est une récession, M. Harper a répondu qu'une telle définition ne serait pas utile, qu'il ne servait à rien d'accoler des étiquettes à la situation actuelle.

À Saskatoon, son rival néo-démocrate n'a pas hésité à servir la définition connue de tous les économistes. Une récession, c'est deux trimestres consécutifs de croissance négative, a rappelé Thomas Mulcair.

Mais selon M. Mulcair, ce qui compte davantage que les définitions, c'est le plan économique, et celui des conservateurs, de l'avis du néo-démocrate, ne fonctionne pas.

Pour entamer la cinquième semaine de la très longue campagne électorale qui mènera les Canadiens aux urnes le 19 octobre, M. Harper n'a fait aucune nouvelle annonce. Il a préféré s'en prendre, encore une fois, à ses adversaires qui, selon lui, augmenteraient taxes et impôts.

M. Mulcair, lui, annonçait un financement plus généreux des refuges pour les femmes victimes de violence.

Selon les calculs néo-démocrates, 40 millions sur quatre ans réussiront à créer ou maintenir près de 2500 places dans les maisons d'hébergement de première ligne et les maisons de transition.

Le chef néo-démocrate a également réitéré sa promesse de mettre sur pied une commission royale d'enquête pour faire la lumière sur la disparition et l'assassinat de 1200 femmes autochtones.

Selon M. Mulcair, si cette enquête n'a pas encore été créée par les gouvernements précédents, c'est par racisme.

Sans aller aussi loin, le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a également reproché aux gouvernements fédéraux conservateur et libéral d'avoir ignoré cette situation aussi longtemps, alors que M. Harper, à Ottawa, maintenait que son gouvernement fournissait les ressources nécessaires aux services policiers.

Par ailleurs, à Montréal, M. Duceppe sentait le besoin de revenir sur le passé. Se présentant devant la presse avec deux anciens députés bloquistes qui siègent dorénavant à Québec, Maka Kotto et Stéphane Bergeron, le chef du Bloc québécois a rappelé certains exploits passés de son parti, dont l'adoption d'une loi pour mieux lutter contre le crime organisé.

Justin Trudeau, chef du Parti libéral, prenait une pause, lundi. La leader du Parti vert, Elizabeth May, entamait une tournée des provinces maritimes.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer