Sondage CROP/La Presse: le NPD domine sans partage

Selon Youri Rivest, si le NPD maintient ses... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Selon Youri Rivest, si le NPD maintient ses appuis au Québec et remporte encore la majorité des sièges le jour des élections, cela confirmera que le réalignement de l'échiquier politique en 2011 n'était pas un accident de parcours.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le Nouveau Parti démocratique (NPD) domine sans partage les intentions de vote au Québec deux mois avant le jour du scrutin. Après la vague orange qui a déferlé sur la province en 2011, un tsunami est en voie de porter les troupes de Thomas Mulcair vers de nouveaux sommets, signe que le grand réalignement de l'échiquier politique d'il y a quatre ans n'était pas un accident de parcours, selon la firme de sondage CROP.

Une domination «outrageuse»

Le NPD récolte des appuis inégalés au Québec depuis la vague orange de 2011, selon un sondage CROP réalisé en ligne pour le compte de La Presse du 12 au 17 août. Si les élections avaient lieu aujourd'hui, le NPD obtiendrait l'appui de près d'un électeur sur deux, soit 47%. Un bond de 11 points par rapport au coup de sonde précédent, réalisé en juin. Le NPD détient ainsi une avance de 27 points de pourcentage sur son plus proche adversaire, le Parti libéral du Canada, qui doit se contenter de 20% des appuis. Le Bloc québécois est bon troisième avec seulement 16%, tandis que le Parti conservateur doit se contenter de seulement 13% des appuis. «C'est spectaculaire pour le NPD dans la mesure où il y a quatre partis qui se font concurrence et où le NPD obtient l'appui de presque un Québécois sur deux. C'est une domination outrageuse et cela laisse peu de place à la concurrence», a analysé le vice-président de CROP, Youri Rivest. Avec de tels appuis, le NPD pourrait remporter la grande majorité des 78 sièges que compte le Québec à la Chambre des communes. Au dernier scrutin, le NPD avait récolté 42,9% des suffrages et remporté 59 sièges au Québec.

L'effet Duceppe s'estompe déjà

Le retour de Gilles Duceppe à la tête du Bloc québécois, le 10 juin, avait donné une bouffée d'oxygène à la formation souverainiste au début de l'été. Mais cet effet s'est dissipé. En juin, le Bloc avait vu ses appuis bondir de 12 points de pourcentage pour s'établir à 25%. Il ne récolte plus que 16% des appuis au Québec, selon le plus récent sondage CROP. Résultat: le Bloc québécois sous la gouverne de Gilles Duceppe obtient essentiellement les mêmes appuis que lorsqu'il était dirigé par Mario Beaulieu. Aux élections de 2011, le Bloc avait récolté environ 23% des suffrages et terminé la soirée avec seulement 4 députés. Avec 16%, il pourrait être rayé de la carte électorale, à moins que ses appuis ne soient très concentrés dans une région. «Le Bloc revient un peu à la case de départ», a indiqué Youri Rivest.

Le PLC s'éloigne du pouvoir

La tendance à la baisse des appuis au Parti libéral du Canada se poursuit: les troupes de Justin Trudeau ne récoltent plus que 20% des appuis au Québec; une chute de 17 points de pourcentage depuis décembre dernier. Pis encore, le Parti libéral n'arrive pas à séduire les électeurs francophones, qui déterminent le vainqueur dans la majorité des 78 circonscriptions de la province. Il ne récolte qu'un appui famélique de 13% chez les francophones, alors que le NPD fait le plein des appuis au sein de cet électorat (51% contre 19% au Bloc québécois et 12% au Parti conservateur). Le Parti libéral pourrait donc bien finir la soirée électorale sans faire de gains au Québec. Et sans une percée importante dans la Belle Province, il lui sera difficile de prendre le pouvoir à Ottawa, même minoritaire, selon le vice-président de CROP, Youri Rivest.

Pente abrupte pour le Parti conservateur

Stephen Harper a donné le coup d'envoi de sa campagne nationale dans la circonscription montréalaise de Mont-Royal, signe indéniable que les conservateurs souhaitent faire des gains dans la province. Mais le coup de sonde de CROP confirme à nouveau que le Parti conservateur a une longue pente à remonter dans la province: il n'obtient que 13% des appuis. Autre mauvaise nouvelle, il perd aussi du terrain dans la région de Québec, où il espérait reprendre les sièges qu'il a perdus aux mains du NPD au dernier scrutin. Selon le sondage CROP, le NPD a repris la tête dans la région de la capitale nationale avec 45% des appuis, alors que le Parti conservateur est bon deuxième avec 23%. Le Parti libéral est troisième avec 18%, tandis que le Bloc québécois est dernier avec 13%. «Le Parti conservateur ne peut pas espérer faire beaucoup de gains avec de tels appuis», a dit Youri Rivest.

Mulcair, meilleur premier ministre

Quand on demande aux Québécois qui, parmi les chefs de parti, est le meilleur pour occuper les fonctions de premier ministre, 41% d'entre eux jettent leur dévolu sur Thomas Mulcair. C'est un bond de cinq points de pourcentage par rapport au coup de sonde précédent. Le chef du NPD dispose d'ailleurs d'une large avance sur ses deux principaux adversaires dans cette catégorie. Seulement 15% des Québécois affirment au contraire que Justin Trudeau est plus compétent pour diriger le pays, tandis que 13% croient que c'est l'actuel locataire du 24 Sussex, Stephen Harper, qui doit continuer d'occuper le poste de premier ministre.

Réalignement politique

Selon Youri Rivest, si le NPD maintient ses appuis au Québec et remporte encore la majorité des sièges le jour des élections, cela confirmera que le réalignement de l'échiquier politique en 2011 n'était pas un accident de parcours. «En 2011, certains disaient que les Québécois étaient irrationnels, qu'ils avaient voté pour Jack Layton et que cela ne durerait pas. Mais si le NPD réussit l'exploit encore avec un deuxième chef, cela va démontrer qu'il y a eu un changement fondamental dans l'électorat. Le NPD va s'institutionnaliser au Québec. Il faudra noter que l'électorat a changé et que ce n'est pas juste imputable à la popularité d'une personne, à une espèce de coïncidence, mais à un vrai réalignement politique comme il y en a peu», a-t-il analysé.

Méthodologie

La collecte de données en ligne s'est déroulée du 12 au 17 août 2015 par le biais d'un panel web. Au total, 1000 questionnaires ont été complétés. Les résultats ont été pondérés afin de refléter la distribution de la population adulte du Québec selon le sexe, l'âge, la région de résidence, la langue maternelle et le niveau de scolarité des répondants. Notons que compte tenu du caractère non probabiliste de l'échantillon, le calcul de la marge d'erreur ne s'applique pas.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer