Exclusif

Longueuil: la majorité des contrats à cinq entreprises

Depuis 2002, 306 des 467 millions en contrats... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Depuis 2002, 306 des 467 millions en contrats d'infrastructures adjugés par la Ville de Longueuil l'ont été à un cercle fermé de cinq entreprises, chacune récoltant en moyenne quelque 6 millions par année.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partager

Dossiers >

Le monde municipal en crise

Actualité

Le monde municipal en crise

Des allégations de pratiques douteuses et de corruption placent le monde municipal québécois dans la tourmente. »

Montréal et Laval ne sont pas les seuls à avoir vu un cercle fermé d'entreprises décrocher le gros de leurs contrats de construction. Longueuil a confié la majorité de ses contrats à cinq entreprises. Le nouveau directeur général de la Ville, mandaté pour faire le ménage dans l'administration, estime qu'il faut mieux encadrer les appels d'offres.

Longueuil n'a pas échappé à la concentration des contrats de construction depuis 10 ans. Une enquête de La Presse révèle que les deux tiers de ses appels d'offres pour des travaux touchant l'asphaltage, les trottoirs et les conduites d'eau et d'égout ont été remportés par seulement cinq entreprises, dont deux montrées du doigt devant la commission Charbonneau.

La Presse a obtenu grâce à la Loi sur l'accès à l'information la liste de tous les contrats adjugés par Longueuil depuis les fusions municipales, en 2002. Une compilation permet de constater que 306 des 467 millions dépensés en travaux d'infrastructures ont été récoltés par Construction Frank Catania, Construction DJL, Construction Benvas, Constructions Bricon et les Entreprises C&R Ménard. Chacune a ainsi récolté en moyenne pour plus de 6 millions en contrats par année.

Une trentaine d'entreprises se sont partagé le tiers restant des contrats, soit une moyenne de 500 000$ par année. La majorité de ces sociétés ont ainsi dû se contenter des contrats de moindre envergure, souvent inférieurs à 1 million.

Certaines années ont été particulièrement lucratives pour le groupe des cinq. En 2007, ils ont récolté la quasi-totalité (95%) des contrats d'infrastructures de Longueuil.

Deux de ces cinq entreprises figurent également parmi les principales firmes à avoir remporté les appels d'offres de la Ville de Montréal. De 2006 à 2009, Construction Frank Catania a obtenu pour 105 millions de contrats dans la métropole tandis que DJL en a décroché pour 71 millions, selon les données du vérificateur général de Montréal.

Six témoins entendus par la commission Charbonneau ont affirmé cet automne que ces deux entreprises faisaient partie d'un groupe qui se partageait les contrats d'infrastructures de Montréal. Deux ex-fonctionnaires montréalais ont affirmé avoir reçu des pots-de-vin de l'entreprise de Paolo Catania et de Construction DJL.

Dans son témoignage devant la commission, l'ex-entrepreneur Lino Zambito a notamment affirmé qu'un cartel existait au sud de Montréal, sans en préciser les membres. Longueuil a par ailleurs confirmé récemment que l'escouade Marteau enquêtait sur l'attribution de certains de ses contrats du début des années 2000.

Toujours présents

La mainmise des principaux entrepreneurs en construction se fait toujours sentir à Longueuil. Des cinq entreprises qui ont décroché le gros des contrats d'infrastructures, seule Construction Frank Catania a cessé de soumissionner depuis 2010. Les quatre autres ont toutefois continué à décrocher près des deux tiers des contrats.

Depuis le début de 2012, Construction DJL a ainsi obtenu quatre importants contrats, d'une valeur totale de 11,7 millions. Construction Benvas en a décroché pour sa part trois pour une somme de 7,6 millions.

Une analyse des contrats d'asphaltage et de réfection de conduites d'eau et d'égout depuis le début de 2012 permet également de constater que les prix payés par la Ville de Longueuil n'ont pas diminué autant qu'à Montréal et Laval. Directement éclaboussées par les enquêtes de l'escouade Marteau et les témoignages entendus par la commission Charbonneau, les deux villes ont observé de fortes baisses depuis 2009. Le prix des contrats de la métropole a chuté de 20% à 33% tandis qu'il a diminué de 18% dans l'île Jésus. À Longueuil, le recul du prix des travaux est de 7%.

***

Les contrats municipaux en chiffres

467 millions: Somme des contrats d'infrastructures confiés par la Ville de Longueuil depuis 10 ans.

2/3: Une imposante majorité des contrats, soit les deux tiers, a été décrochée par seulement cinq entreprises.

1/3: Le reste des contrats a été partagé entre 30 entreprises.

90%: En 2001, la quasi-totalité des dons au Parti municipal de la Rive-Sud était de 1000$, le maximum autorisé par la loi.

1er: Longueuil est la ville où il y a le plus de bris de conduites d'eau. On y signale 30 bris par kilomètre de conduites, davantage qu'à Montréal.

Cinq entreprises ont obtenu la majorité des contrats de la Ville de Longueuil

Entreprises C&R Ménard: 68,7 millions

Construction Benvas: 65,5 millions

Construction Frank Catania: 61,7 millions

Construction DJL: 56,9 millions

Constructions Bricon: 54 millions

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer