Loi spéciale: Charest joue son ultime carte

La nouvelle ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne et... (Photo: PC)

Agrandir

La nouvelle ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne et le premier ministre Jean Charest.

Photo: PC

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

(Québec) Le gouvernement Charest a annoncé qu'il était prêt à sortir l'artillerie lourde... pour calmer le jeu. Un projet de loi spécial sera déposé «bientôt» pour suspendre jusqu'en août les trimestres dans les cégeps et les facultés universitaires actuellement touchés par le boycottage étudiant.

> Session suspendue jusqu'en août : Qu'en pensez vous?

Du même souffle, M. Charest a annoncé que la loi spéciale reconnaîtrait comme «fondamental» le droit d'accès aux établissements d'enseignement, ce qui laisse présager une intervention musclée si des groupes voulaient encore bloquer l'accès aux cours à leurs pairs. «Rien ni personne ne devrait entraver ce droit», a-t-il affirmé.

«Il est temps que le calme revienne», a-t-il lancé au cours d'un point de presse tardif, après une cascade de réunions avec ses ministres et ses députés. L'annonce, un passage très délicat pour le gouvernement, avait forcé le prolongement de la réunion du conseil des ministres et une deuxième réunion de caucus. Le projet de loi, plutôt dur, ne l'était pas suffisamment au goût de certains membres du gouvernement, a-t-on confié à La Presse.

Les discussions de mardi soir entre la ministre Michelle Courchesne et les associations étudiantes étaient clairement vouées à l'échec: les étudiants revenaient avec l'idée d'un moratoire de la hausse des droits de scolarité. Pour Jean Charest, la cause est entendue: «On s'est tapé au Québec des dizaines d'années de débat sur cette question. On s'est tapé deux ans de consultations, on l'a annoncé dans un budget. Le gouvernement assume ses responsabilités, c'est ce qu'attendent les citoyens.» Comme dans la publicité publiée par Québec jeudi, il a rappelé que 70% des élèves et des étudiants avaient terminé leur trimestre sans problème, et que seulement 14 cégeps et certaines facultés de 11 des 18 universités québécoises étaient touchés par le boycottage.

La loi d'exception attendue cette semaine ne forcera pas les étudiants et les cégépiens à retourner en classe, mais «reconnaîtra à ceux désireux de poursuivre leur apprentissage le droit de le faire dans un environnement sécuritaire, sans se faire barrer la porte», a-t-il expliqué. La Presse a indiqué mercredi que des amendes salées étaient prévues pour ceux qui tenteraient tout de même de bloquer l'accès à leur cégep. Jean Charest n'a pas voulu préciser ces sanctions - «mais qu'on capte bien que bloquer des portes n'est pas pour nous acceptable».

«On ne peut prétendre défendre l'accès à l'enseignement supérieur tout en bloquant l'accès d'un cégep ou d'une université. On ne peut pas faire les deux en même temps», a-t-il insisté. Ceux qui veulent étudier «ont le droit de le faire dans un environnement paisible. Le droit de manifester sans violence reste intact», assure-t-il.

Personne ne verra son trimestre annulé. Les trimestres des cégeps actuellement paralysés sont suspendus jusqu'en août, à moins d'une entente entre les établissements et les élèves. Ils reprendront alors jusqu'en octobre, moment où débutera le trimestre d'automne, le tout «sans réduire la qualité du diplôme». Québec n'explique toutefois pas comment un élève qui finira son cégep en octobre pourra être admis dans une université dont le déroulement des cours n'a pas été retardé par le conflit. Selon Mme Courchesne, les réaménagements de trimestre peuvent se faire sans ouvrir les conventions collectives, «pour limiter les coûts».

Pause «salutaire»

Selon Jean Charest, cette pause jusqu'en août «sera salutaire pour tous» et aurait pour effet de «faire baisser la pression». «Tout le monde va reprendre son calme et on va continuer plus tard dans un climat apaisé.»

M. Charest n'a pas voulu dire quand le projet de loi serait déposé à l'Assemblée nationale, mais «on va le faire bientôt, on n'a pas l'intention de tarder». On s'attend à ce que ce soit jeudi ou vendredi, avant une manifestation importante annoncée par la CLASSE pour le 22 mai.

Les bonifications déjà annoncées à la fin du mois d'avril au programme des prêts et bourses, ainsi que l'étalement sur sept ans au lieu de cinq des hausses sont maintenus. De nombreux étudiants issus de familles peu fortunées verront leur situation s'améliorer par rapport à ce qu'ils vivaient avant la hausse des droits de scolarité, a soutenu M. Charest. Il a fait bien peu de cas de la suggestion tardive du Barreau du Québec, qui proposait la mise en place d'un conseil de médiation pour dénouer la crise. «Le gouvernement a rendu sa décision», a répondu M. Charest.

À ses côtés, la nouvelle ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, a insisté pour dire que les discussions de mardi soir avec les associations étudiantes étaient vouées à l'échec. Les étudiants revenaient avec l'idée d'un moratoire des hausses, et certains parlaient même de gratuité. Le fossé était évident. Selon Jean Charest, «les ponts de communication restent ouverts» avec les associations étudiantes, mais après beaucoup de compromis, Québec constate «qu'il n'y a pas d'ouverture du côté des étudiants».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer