Jean Charest prêt à forcer le retour en classe

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

Le premier ministre Jean Charest a lui-même évoqué... (Photo: PC)

Agrandir

Le premier ministre Jean Charest a lui-même évoqué cette loi spéciale dans une rencontre avec la Fédération des cégeps et la Conférence des recteurs des universités, jeudi dernier.

Photo: PC

 

Denis Lessard et Tommy Chouinard
La Presse

Après 14 semaines de conflit et de perturbations sociales sans précédent, le gouvernement Charest a entre les mains sa contre-attaque. Une loi spéciale est prête pour forcer le retour des étudiants et cégépiens dans les salles de cours.

La ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, n'a pas abordé le recours à cette mesure lors de la brève rencontre avec les leaders des quatre associations étudiantes hier soir. Mais le gouvernement a bel et bien cette loi dans ses cartons.

Le projet de loi vise à empêcher les étudiants en grève de bloquer l'accès aux établissements d'enseignement, une sorte d'injonction générale assortie d'amendes particulièrement salées. On parle de centaines de dollars pour les étudiants. Et pour les associations qui cautionnent les barrages des grévistes, on parle de milliers de dollars par infraction, a-t-on confié à La Presse.

À défaut d'une entente, improbable, avec les leaders étudiants, la loi d'exception devrait être déposée rapidement, dès cette semaine. «Le mot d'ordre est: le plus vite possible», dit-on au gouvernement.

Partagé jusqu'à tout récemment devant les mesures plutôt radicales pour forcer la reprise des cours, le Conseil des ministres est désormais totalement derrière la ligne dure, a-t-on appris. Même Michelle Courchesne, opposée à cette démarche jusqu'à récemment, s'y est ralliée. «Si elle a accepté le mandat (à l'Éducation), c'est qu'elle est prête à le faire», a résumé un collègue. Seule réserve: le risque que représente pour Québec une nouvelle rebuffade des étudiants. Ceux-ci défient déjà des injonctions, mais le gouvernement Charest est prêt à prendre le pari qu'une «loi avec des dents» sera respectée.

Le premier ministre Jean Charest a lui-même évoqué cette loi spéciale dans une rencontre avec la Fédération des cégeps et la Conférence des recteurs des universités, jeudi dernier.

Le projet de loi, une commande de M. Charest, a été préparé totalement en marge du cabinet de Line Beauchamp qui «n'en a jamais eu de copie», a-t-on appris. La ministre démissionnaire savait toutefois que le projet était dans les cartons. Elle ne voulait pas cautionner la démarche, confie-t-on dans les cercles libéraux.

Les étudiants surpris

Michelle Courchesne n'a pas soufflé mot de la loi spéciale au cours des discussions qui ont duré à peine plus d'une heure hier soir. Plusieurs sources confirment cette information. Elles ont été surprises d'entendre le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, déclarer devant les caméras que Mme Courchesne avait dit aux leaders étudiants qu'une loi spéciale n'est pas envisagée. Notons qu'il n'était pas autour de la table - la CLASSE était représentée par deux membres de son comité de négociation. Gabriel Nadeau-Dubois a plus tard confirmé à La Presse que «Mme Courchesne n'a pas parlé de la loi spéciale». «Mais elle a dit que la multiplication des injonctions n'allait pas régler la crise», a-t-il ajouté.

Gabriel Nadeau-Dubois a signalé qu'une loi spéciale serait «inacceptable, antidémocratique, ignoble de la part du gouvernement». «Ce serait un grand retour en arrière pour le Québec que de mettre fin à une grève par la force policière ou par la force de la loi», a-t-il ajouté.

Michelle Courchesne n'a présenté aucune offre au cours de la rencontre. Mais «elle a écouté ce qu'on avait à dire», a souligné le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin. La ministre avait prévenu que son intention n'était pas de négocier, mais plutôt de voir «si les associations étudiantes sont prêtes à faire des compromis».

La présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Martine Desjardins, a expliqué que les quatre associations ont «représenté» leurs positions respectives, en particulier le moratoire sur la hausse des droits de scolarité. Or le gouvernement a toujours écarté cette option.

«Mme Courchesne a confirmé que tout ça allait être ramené au Conseil des ministres. On espère que le Conseil des ministres fera preuve d'ouverture», a déclaré Léo Bureau-Blouin. Les leaders étudiants espèrent une nouvelle rencontre pour «poursuivre les discussions et enfin régler la crise». «Mme Courchesne nous a garanti que les canaux de communication resteraient ouverts», a noté Léo Bureau-Blouin.

La ligne dure

Gabriel Nadeau-Dubois est «relativement satisfait» de la rencontre, bien que ce soit «difficile à dire pour le moment» s'il y une sortie de crise à l'horizon. Michelle Courchesne a été «très à l'écoute», et «les discussions ont été cordiales», selon lui. «Des canaux de communications ont été rouverts, on a défait certains flous», a-t-il ajouté.

«Cette rencontre nous a rassurés sur plusieurs points, a dit de son côté Jeanne Reynolds, autre porte-parole de la CLASSE. La ministre nous a révélé que le scénario d'annulation de la session n'est pas envisageable, tout comme cette rumeur d'échec automatique.»

Plus tôt à l'Assemblée nationale, Michelle Courchesne affirmait que l'annulation du trimestre «n'est certainement pas la voie qui est privilégiée à ce stade-ci». Québec hésite à pénaliser des étudiants qui, contre leur gré, étaient empêchés par leurs pairs d'assister aux cours. «Nous voulons sauver les sessions des étudiants», a insisté Michelle Courchesne. Le droit à l'éducation est à ses yeux aussi «fondamental» qu'«inaltérable». Elle a rencontré les représentants des cégeps et des universités hier pour obtenir un état de situation des établissements touchés par la grève.

Après la démission-surprise de Line Beauchamp, lundi, le ton des élus libéraux avait radicalement changé hier. Plusieurs ne cachaient pas qu'il pressait d'en finir avec un affrontement qui a trop longtemps perduré. «Assez, c'est assez!», a tonné le ministre des Finances et responsable de la métropole, Raymond Bachand. «Il y a des groupes radicaux qui systématiquement veulent déstabiliser l'économie de Montréal. Ce sont des groupes anticapitalistes, marxistes, ça n'a rien à voir avec les droits de scolarité.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer