Erreur embarrassante de la GRC à la Commission

Me Sonia Lebel est procureure en chef de... (Photo: tirée d'une vidéo)

Agrandir

Me Sonia Lebel est procureure en chef de la commission Charbonneau.

Photo: tirée d'une vidéo

Partager

La commission Charbonneau a été victime d'une erreur embarrassante de la Gendarmerie royale du Canada, qui a éclaboussé par mégarde le député péquiste André Villeneuve. La procureure en chef, Me Sonia Lebel, a dû reconnaître que deux entreprises, dont celle de l'élu, ont été nommées à tort parmi celles dont on avait pu observer les véhicules au café Consenza.

André Villeneuve... (Photo archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

André Villeneuve

Photo archives La Presse

Un policier avait présenté en septembre une liste d'entreprises dont la GRC avait filmé les véhicules dans le stationnement du quartier général du clan Rizzuto, en 2004 et 2005. Des 74 entreprises nommées, deux l'ont été par erreur.

«Après enquête de la Commission, nous sommes en mesure de dire que le nom de Plancher Mirage n'aurait pas dû faire l'objet d'une preuve devant la Commission. La plaque relevée par la GRC n'est pas de cette compagnie et découle d'une inversion dans les numéros de plaque», a indiqué Me Lebel.

L'affaire avait fait grand bruit puisque la compagnie en question appartient au député André Villeneuve, adjoint parlementaire au Parti québécois.

«Une situation similaire est survenue dans un second cas», a reconnu Me Lebel. Il s'agit de Construction LPG. Cette fois, ce ne sont pas les chiffres de la plaque d'immatriculation qui ont été interverties, mais plutôt les lettres du nom de l'entreprise.

Villeneuve soulagé

M. Villeneuve est «heureux et soulagé» d'être enfin blanchi. Il avait déclaré «à plusieurs reprises et avec véhémence n'avoir entretenu aucune relation avec qui que ce soit étant à sa connaissance lié à la mafia», a rappelé le Parti québécois (PQ). Les avocats du parti avaient demandé que la commission «fasse la démonstration des preuves dont elle disposait, notamment l'année, le mois, le jour, l'heure et le numéro de la plaque du véhicule de son entreprise identifiée par la GRC lors de l'opération Colisée qui a eu lieu entre 2002 et 2006», a-t-il rappelé par voie de communiqué.

M. Villeneuve se désole que son intégrité ait été mise en question à cause d'informations erronées. «Il faut aussi comprendre que les dommages causés par la diffusion de cette information fautive ont été importants, tant par la perplexité et la perte de confiance à mon égard qu'elle a pu susciter auprès de citoyennes et citoyens de ma circonscription, de collègues, de relations et de connaissances, que par le stress provoqué par une telle situation d'incompréhension, d'attente, d'incertitude, de peine et de questionnement que nous avons, ma famille, mes amis et moi, dû supporter durant les quatre derniers mois», a-t-il déclaré.

- Avec Paul Journet

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer