L'appui à la charte est maintenant majoritaire

Le ministre Bernard Drainville... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre Bernard Drainville

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Le Parti québécois s'apprête à entrer en campagne électorale avec un appui majoritaire à sa Charte de la laïcité. Selon un sondage CROP réalisé pour La Presse, la Charte récolte maintenant la faveur de 51% des répondants. Étant donné la constance des résultats depuis quelques mois sur ce thème, Youri Rivest, vice-président chez CROP, croit qu'«à moins d'un gros dérapage, il serait vraiment surprenant que ça bouge».

CROP a réalisé sa cueillette entre le 13 et le 16 février. Ses trois sondages menés précédemment entre septembre 2013 et janvier dernier indiquaient des appuis variant de 42% à 50%. Fait à noter, ce projet de charte, proposé par le gouvernement Marois, ne plaît pas qu'aux péquistes. Quelque 57% des répondants qui entendent voter pour la CAQ disent aussi avoir une perception favorable de la Charte.

«Cela pourrait faire perdre des votes à la CAQ, avance M. Rivest. La Charte, les gens y sont très favorables ou très défavorables. Or, la CAQ a adopté une position mitoyenne dans ce dossier et elle a donc du mal à exister dans le débat.»

Quel impact sur le vote? À quel point le vote des Québécois sera-t-il conditionné par leur position sur le projet de charte? Selon le sondage CROP, «un peu plus de la moitié (55%) des Québécois affirment que la Charte aurait un impact important sur leur vote dans le cadre d'éventuelles élections provinciales».

Instinctivement, Youri Rivest croit néanmoins que les répondants sous-estiment ici l'importance qu'ils accordent à la Charte. «De la même manière que les gens disent que leur vote est conditionné par leurs priorités sociales ou économiques et non pas par le fait qu'ils soient fédéralistes ou souverainistes, dans la réalité, ça teinte beaucoup leur décision, d'autant plus qu'il est difficile pour les partis de se distinguer vraiment en éducation ou en santé, par exemple.»

Reste à voir maintenant si la Charte sera de cette eau-là et si elle continuera d'être autant au coeur des débats tout au long de la campagne électorale, conclut M. Rivest.

Méthodologie

Ce sondage CROP a été réalisé entre le 13 et le 16 février 2014 auprès d'un panel web. En tout, 1000 questionnaires ont été remplis par des adultes québécois. Les résultats ont été pondérés afin de refléter le profil des Québécois adultes. Compte tenu du caractère non probabiliste de l'échantillon, le calcul de la marge d'erreur ne s'applique pas.

Profil des Québécois favorables à la Charte

Quel est le profil type du Québécois favorable à l'interdiction du port de signes religieux au sein de l'appareil d'État? Détail intéressant ici, relève Youri Rivest, vice-président de CROP, c'est que cette question semble avoir fédéré des groupes qui, généralement, ne sont pas du même avis, «comme c'est souvent le cas quand il s'agit de questions identitaires».

60% d'hommes, 57% de femmes

Contrairement à ce que l'on pourrait penser après les débats très vifs sur la question de la Charte dans les rangs féministes, ce débat est loin de ne toucher que les femmes. Ainsi, il y a plus d'hommes que de femmes qui se montrent ici favorables à l'interdiction du port de signes religieux ostentatoires.

48% chez les 18-34 ans, 66% chez les 55 ans et plus

Vrai, plus on avance en âge, plus on souhaite que les représentants de l'État affichent une neutralité religieuse. N'empêche, alors que les jeunes se montrent habituellement plus ouverts à la diversité, ils sont tout de même ici près d'un sur deux (48%) à être favorables à une interdiction de signes religieux visibles.

68% de francophones, 21% de non-francophones

Là où il y a une nette fracture, c'est entre francophones et non-francophones.

Les Québécois pro-interdiction sont très majoritairement francophones, 68% adoptant cette position, contre 21% des non-francophones.

Pour une image laïque pour tous

À qui doit-on interdire le port de signes religieux ostentatoires? Contrairement à la commission Bouchard-Taylor dans son rapport final et à nombre d'intellectuels et de politiciens, là-dessus, les répondants ne font pas de distinction. Pour tous les corps de métier - policiers, juges, enseignants, éducatrices en garderie, professeurs de cégep et d'université, fonctionnaires, infirmières et médecins - , de cinq à six Québécois sur 10 prônent une image laïque.

Pour Youri Rivest, cela démontre qu'«on est pour ou qu'on est contre, mais qu'on en fait clairement une question de principe». Cela dit, dans la vraie vie, quand on a affaire à un représentant de l'État portant un signe religieux ostentatoire, on admet volontiers que l'on a été satisfait du service rendu.

C'est le cas de 83% des gens qui ont été dans cette situation et qui sont favorables la Charte et de 95% de ceux qui s'opposent à la Charte. Y a-t-il eu un malaise quelconque? À ce sujet, tout est fonction de son appui ou non à la Charte. Chez ceux qui se disent favorables à la Charte, 66% disent avoir ressenti un malaise. Chez ceux qui s'y opposent, 84% disent n'en avoir pas du tout ressenti.

Satisfaction à l'égard du service reçu par un représentant de l'État affichant un signe religieux ostentatoire

87%
Satisfait
8%
Insatisfait
5%
Je ne sais pas

Perception des répondants

Est-ce que le signe religieux ostentatoire d'un représentant de l'État vous a mis mal à l'aise?

Chez les francophones

50%
Pas du tout mal à l'aise
29%
Un peu mal à l'aise
22%
Beaucoup mal à l'aise

Chez les non-francophones

81%
Pas du tout mal à l'aise
10%
Un peu mal à l'aise
9%
Beaucoup mal à l'aise

Accord avec l'idée d'interdire le port de signes religieux ostentatoires

Aux représentants de l'État suivant:

  • Un policier: 66%
  • Un juge: 66%
  • Un enseignant à l'école primaire: 62%
  • Un enseignant à l'école secondaire: 62%
  • Une éducatrice en garderie: 61%
  • Un professeur de cégep ou d'université: 59%
  • Un fonctionnaire: 58%
  • Une infirmière: 57%
  • Un médecin: 56%

Burqa et niqab: un rejet symbolique

Quand on pose des questions plutôt générales sur l'interdiction de signes religieux, on obtient un plus fort appui que lorsqu'on y va signe religieux par signe religieux. «Il semble que lorsqu'on pose la question aux gens de façon générale, ils pensent rapidement au niqab.»

À dire vrai, la burqa et le niqab, ça ne passe pas. En revanche, quand la question porte précisément sur le hijab, et qu'on précise qu'il s'agit d'un voile qui ne couvre pas le visage, 45% des gens ont tendance à l'accepter.

Fait particulier, note la sociologue Claire Durand, cela fait deux sondages successifs, réalisés par deux firmes différentes, qui démontrent que les gens sont encore plus favorables à l'interdiction du port de signes religieux ostentatoires pour les représentants de l'État qu'ils ne sont favorables à la Charte. «On dirait que c'est devenu une question symbolique, d'autant que les répondants admettent ne pas éprouver de malaise réel quand ils sont servis par quelqu'un qui porte un tel signe religieux.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer