Québec n'est pas intolérant, soutient le maire Labeaume

Boufeldja Benabdallah, président du Centre culturel islamique de... (PHOTO PATRICE LAROCHE, LE SOLEIL)

Agrandir

Boufeldja Benabdallah, président du Centre culturel islamique de Québec, et Régis Labeaume, maire de Québec, ont tenu une conférence de presse, lundi, en prévision des commémorations du premier anniversaire de la tuerie à la grande mosquée, qui auront lieu à partir de vendredi.

PHOTO PATRICE LAROCHE, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À quelques jours du premier anniversaire de la tuerie à la grande mosquée de Québec, Régis Labeaume a défendu sa ville qui, selon lui, n'est pas plus intolérante que d'autres, mais dont l'image est déformée par certains animateurs de radio.

Le maire de Québec, accompagné d'un dirigeant du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), présentait lundi le calendrier des commémorations de la tuerie. M. Labeaume a livré une charge contre la xénophobie, l'islamophobie et le racisme. «Ça existe», a prévenu M. Labeaume.

Mais il refuse que sa ville et ses citoyens soient perçus comme plus racistes qu'ailleurs. Selon lui, cette image vient entre autres de certaines radios parlées de la capitale, qu'il n'a pas nommées.

«À Québec, il y a moins de gestes haineux per capita qu'ailleurs au pays. Le problème, c'est qu'on a un environnement sonore qui est un prisme déformant. La preuve, j'ai été réélu aux élections», a déclaré le maire, faisant référence à ces animateurs qui ont fait campagne contre lui, notamment Jeff Fillion. 

«Il faut faire attention, on est en train de se caricaturer nous-mêmes», prévient M. Labeaume.

Des chiffres dévoilés le printemps dernier par Statistique Canada semblent donner raison au maire. En 2015, c'est à Thunder Bay que le plus de crimes haineux ont été signalés à la police, soit 22,3 par 100 000 habitants. Québec avait même un taux (3,5) inférieur à la moyenne nationale (3,8) et à Montréal (4,2).

Ces données sont toutefois à prendre avec des pincettes : les crimes haineux ne sont pas tous signalés à la police.

Journée contre l'islamophobie

À l'occasion des commémorations qui commencent vendredi et se terminent lundi, le maire souhaite mettre l'accent sur le «vivre-ensemble». À part cette déclaration sur les radios, Régis Labeaume a voulu se montrer consensuel en conférence de presse. Il s'est montré évasif lorsqu'il a été questionné sur une éventuelle journée contre l'islamophobie, idée qui a divisé la classe politique au Québec.

«On veut se rendre à lundi. Pour l'instant, ce n'est pas une bonne idée», s'est contenté de dire le maire, qui craint que ce débat ne fasse de l'ombre à la mémoire des six victimes.

Même Boufeldja Benabdallah, vice-président du CCIQ, a tenu à mettre de côté, lundi, le débat sur cette journée nationale contre l'islamophobie. Rappelons que le CCIQ a signé la lettre envoyée au premier ministre Justin Trudeau pour réclamer la création d'une telle journée.

«L'important, c'est la commémoration. On va s'astreindre à ça. Si, après ça, les gens se sentent prêts à faire un pas de plus, plus tard, ils nous le diront», a déclaré M. Benabdallah. «Mais en attendant, on veut une commémoration pour montrer une ville de Québec belle et inclusive».

Ces commémorations seront aussi l'occasion pour les veuves des six Québécois morts le 29 janvier dernier de prendre la parole. Certaines d'entre elles vont s'adresser aux médias pour la première fois.

Régis Labeaume va participer aux commémorations, tout comme le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et celui du Canada, Justin Trudeau.

«Il ne faut jamais oublier ce qui s'est passé le 29 janvier. On ne peut pas, on ne doit pas oublier ça, a dit le maire de Québec. Il faut que tous se rappellent. Il faut que nos enfants sachent que ça a eu lieu à Québec. On ne peut pas cacher cet évènement-là d'une manière ou d'une autre.»

«Il faut continuer à réfléchir à notre façon d'évoluer en communauté par rapport à nos voisins, poursuit le maire. Il va y avoir de plus en plus de nouveaux arrivants à Québec. C'est inévitable, ne serait-ce que pour des raisons économiques.»

HORAIRE DES COMMÉMORATIONS

Vendredi 26 janvier 

9h à 11h30 ; Palais Montcalm, Québec

Colloque : «Vivre ensemble avec nos différences», organisé par le Centre de prévention contre la radicalisation menant à la violence.

(Inscription obligatoire jusqu'au jeudi 25 janvier, 16h).

Vendredi 26 janvier 

19h30 à 21h30 ; Grande mosquée de Québec

Prière musulmane

Samedi 27 janvier

18h à 20h30 ; Grande mosquée de Québec

Portes ouvertes. Visite de l'exposition des messages de sympathie reçus tout au long de l'année 2017. Rencontre des familles des défunts et des autres victimes.

Dimanche 28 janvier

19h à 20h30 ; Pavillon de la Jeunesse, ExpoCité

Recueillement spirituel et interconfessionnel à la mémoire des victimes

Lundi 29 janvier

18h à 20h ; Stationnement de l'église Notre-Dame-de-Foy

À quelques pas des lieux du drame, un rassemblement citoyen aura lieu. Après, les gens qui le désirent pourront déposer fleurs, bougies et autres objets symboliques près de la grande mosquée.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer