CAA-Québec croule sous les demandes de survoltage

Fait inusité, CAA-Québec a publié un avis indiquant... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Fait inusité, CAA-Québec a publié un avis indiquant que les membres peuvent faire appel aux services de dépannage ou de mécanique de leur choix en cas de non-disponibilité de ses propres ressources.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

La vague de froid intense qui frappe le Québec entraîne un volume d'appels particulièrement élevé auprès du service d'assistance routière de CAA-Québec.

À 20h30, jeudi, 11 500 appels pour recevoir un service avaient été placés à travers la province. Mercredi, l'organisation avait enregistré 9600 demandes.

Selon la porte-parole de CAA-Québec, Annie Gauthier, les appels des membres concernent principalement des services de survoltage. Selon elle, les problèmes de démarrage représentent 80 pour cent des demandes.

Bien qu'il s'agisse d'un fort volume d'appels, CAA-Québec indique qu'ils ne représentent toutefois pas un record. Ce dernier a été établi le 8 janvier 2015. Le service d'assistance routière avait alors reçu près de 15 000 demandes d'aide.

Afin d'être en mesure de répondre au volume élevé d'appels, CAA a déployé tous ses effectifs sur les routes.

Jusqu'à 1100 véhicules sont sur le terrain et de 200 à 230 personnes sont mobilisées pour répondre aux appels.

Fait inusité, CAA-Québec a publié un avis sur son site internet indiquant que les membres peuvent faire appel aux services de dépannage ou de mécanique de leur choix en cas de non-disponibilité de ses propres ressources.

Une procédure précise à suivre est détaillée sur son site web indiquant comment les membres peuvent procéder pour faire rembourser leurs frais de survoltage ou de remorquage.

Comment éviter les problèmes?

Annie Gauthier suggère quelques trucs pour éviter les problèmes de démarrage par grands froids.

Évidemment, si l'on peut garer sa voiture à l'abri du froid ou la brancher sur un chauffe-moteur, on évite bien des tracas.

Si ce n'est pas le cas, un entretien préventif pour faire vérifier l'état de la batterie peut être une bonne piste.

«Quand on fait la demande d'un service de survoltage, c'est que notre batterie présente des défaillances. Il y a fort à parier que la problématique pourrait survenir. Le survoltage n'est pas une solution ultime», explique Mme Gauthier.

Elle suggère donc une inspection chez un garagiste et d'envisager de remplacer sa batterie.

Annie Gauthier recommande aussi de conserver son réservoir d'essence le plus plein possible et de ne pas laisser sa voiture immobile trop longtemps.

«Démarrez-la au moins aux deux jours et allez faire un tour ou quelques courses», propose-t-elle.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer