Une vague de migrants sans précédent au Québec

Des centaines de personnes sont arrivées à la... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Des centaines de personnes sont arrivées à la frontière canado-américaine, mercredi, à Saint-Bernard-de-Lacolle.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Près de 1500 demandeurs d'asile sont actuellement hébergés par le gouvernement du Québec, a appris La Presse, tandis que l'arrivée de centaines de migrants à la frontière de la province depuis quelques jours force les gouvernements à prendre des mesures extraordinaires, comme l'ouverture du Stade olympique pour en accueillir des dizaines en attendant de décider de leur sort.

Huit lieux ont été mis à contribution par le gouvernement du Québec, dont un ancien centre de soins de longue durée, un hôtel de Pointe-aux-Trembles et même les résidences de l'UQAM. Des agents frontaliers ont été dépêchés de l'Ouest canadien et des provinces atlantiques pour prêter main-forte à leurs collègues de Saint-Bernard-de-Lacolle, où la majorité des demandeurs franchissent la frontière avant d'être interceptés par la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Et un centre temporaire pour le traitement des réfugiés a été aménagé près du poste frontalier.

Les renseignements en provenance d'Ottawa arrivaient cependant au compte-gouttes, mercredi, et il était impossible de confirmer le nombre exact de personnes qui sont ainsi arrivées au Québec au cours des derniers jours, dont plusieurs d'origine haïtienne. Citant des «sources», le maire de Montréal (et ancien ministre de l'Immigration) Denis Coderre a écrit sur Twitter que 2500 personnes étaient arrivées depuis le début du mois de juillet et que, mercredi seulement, 500 étaient à Lacolle.

Devant ce qu'il décrit comme une «crise nationale», le président du syndicat des douaniers, Jean-Pierre Fortin, a lancé une charge à fond de train contre les autorités fédérales, les accusant d'être mal préparées et d'être complètement dépassées par la situation.

«C'est une situation sans précédent qui a pris l'Agence [des services frontaliers du Canada] carrément de court.»

Cette vague migratoire vers le Canada avait défrayé la chronique il y a quelques mois, dans la foulée des changements annoncés par l'administration Trump aux règles d'immigration américaine.

Mais «tout a explosé il y a environ une semaine et demie à deux semaines», a expliqué M. Fortin.

«Ça arrivait à coup de 200, 250, 300. Et [lundi], c'est une journée exceptionnelle, je pense que c'est la première fois : on a franchi 500. Alors, imaginez si cette tendance se maintient pour quatre jours. C'est 2000 qui viennent de rentrer. Et toute la logistique de nourrir ces gens-là, de les envoyer dans des endroits salubres... C'est tout ça. On n'est pas outillés [pour faire face à une telle affluence].»

Cette situation survient de plus alors que les travailleurs de la construction s'apprêtent à revenir de vacances dimanche prochain, ce qui inquiète le leader syndical encore davantage, étant donné les pressions accrues qui seront exercées sur le système déjà mis à l'épreuve.

À lui seul, le Stade olympique peut accueillir 300 personnes.... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

À lui seul, le Stade olympique peut accueillir 300 personnes.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Peu de détails

L'Agence des services frontaliers du Canada s'est défendue en disant qu'elle «surveille en permanence ses activités afin de consacrer l'attention et les ressources nécessaires» pour garantir la sécurité et une circulation fluide aux frontières.

Un porte-parole du ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a de plus démenti le chiffre de 500 avancé par le président du syndicat des douaniers pour la journée de lundi, évoquant plutôt le chiffre de 200.

Ottawa a toutefois été incapable de fournir un aperçu de la situation ou de chiffres exacts sur les arrivées au cours des derniers jours. Les dernières données disponibles remontent au mois de juin. Nos demandes d'entrevue avec les ministres de l'Immigration et de la Sécurité publique sont restées lettre morte. Les partis de l'opposition n'ont pas non plus rappelé La Presse.

Hébergement temporaire

Lorsqu'un demandeur d'asile se présente à la frontière, c'est le gouvernement fédéral qui traite son dossier afin de déterminer s'il est recevable, et de faire les vérifications de santé et de sécurité nécessaires. Dans l'intervalle, le demandeur est pris en charge par le gouvernement du Québec, qui lui offre plusieurs services de base. Les migrants ont ainsi droit à un hébergement temporaire qui peut durer jusqu'à quelques semaines ainsi qu'à une aide financière dite «de dernier recours» afin qu'ils puissent louer un appartement et se nourrir.

En temps normal, les demandeurs d'asile qui arrivent au Québec sont tous hébergés au YMCA, rue Tupper à Montréal. Or, l'afflux est devenu si important que Québec a dû mobiliser plusieurs établissements publics dans les derniers jours. En plus du YMCA, des migrants sont désormais hébergés à l'Armée du Salut, dans trois immeubles du réseau de la santé - Boscoville, Notre-Dame, Grace Dart - ainsi qu'au Stade olympique. On a également réquisitionné certains hôtels, mais dans une moindre mesure, car c'est la haute saison touristique. À lui seul, le Stade olympique peut accueillir 300 personnes.

Lucie Charlebois... (Archives La Presse canadienne, Jacques Boissinot) - image 3.0

Agrandir

Lucie Charlebois

Archives La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Au cabinet de la ministre déléguée à la Santé, Lucie Charlebois, on convenait hier que les mesures «temporaires» déployées dans les derniers jours sont liées au «nombre exceptionnel» de demandes d'asile.

Mme Charlebois et sa collègue à l'Immigration, Kathleen Weil, feront le point sur la situation aujourd'hui.

Quant au rôle des politiques de l'administration Trump dans cette situation, le gouvernement canadien a continué à refuser de s'avancer sur ce terrain. «Nous ne spéculons pas sur les raisons qui poussent des individus à demander l'asile au Canada à l'heure actuelle, mais pouvons dire que les taux de demandes d'asile fluctuent avec le temps et peuvent dépendre de plusieurs choses [y compris] l'éclatement d'un conflit dans une région, et des changements de politiques gouvernementales à travers le monde qui pourraient mener à la persécution de certaines personnes. Nous avons vu une augmentation du nombre de demandes d'asile au cours des dernières années. Cela peut refléter des changements dans la situation mondiale», a déclaré par courriel une porte-parole du ministère fédéral de l'Immigration.

Denis Coderre n'a quant à lui pas hésité à établir ce lien. Sur les réseaux sociaux, il a noté que la hausse subite du nombre de demandeurs d'asile était «encore une conséquence de la politique d'immigration de Donald Trump».

Le premier magistrat de la métropole québécoise a indiqué que Montréal compte aider ces nouveaux arrivants qui craignaient d'être expulsés des États-Unis. «La Ville de Montréal souhaite la bienvenue aux réfugiés haïtiens. Vous pouvez compter sur notre entière collaboration», a-t-il écrit. Il a ajouté, en créole : «Ne lâchez pas.»

- Avec la collaboration de Pierre-André Normandin, La Presse

***

DEMANDEURS D'ASILE ARRIVÉS DEPUIS JANVIER

3350 : Nombre de demandeurs d'asile qui ont été interceptés par la GRC au Québec de janvier à juin, sur un total de 4345 au Canada.

220% : Augmentation du nombre de demandeurs d'asile interceptés par la GRC au Québec de janvier à juin. Ce nombre est passé de 245 à 781.

6505 : Nombre total de demandes d'asile de janvier à juin 2017. En une demi-année, le Québec a ainsi déjà dépassé le nombre total de demandes d'asile de chacune des deux années précédentes, comparativement à 5505 en 2016 et 2920 en 2015. Ces demandes incluent les interceptions par la GRC.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer