• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Un délégué du Front national reçu par la Société Saint-Jean-Baptiste 

Un délégué du Front national reçu par la Société Saint-Jean-Baptiste

Le délégué national du Front national, Loup Viallet... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Le délégué national du Front national, Loup Viallet (au centre), a été reçu jeudi par le président de la Société St-Jean-Baptiste, Maxime St-Laurent Laporte (à gauche) et Alexandre Cormier-Denis, fondateur d'Horizon Québec Actuel.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJB) a reçu cette semaine un responsable du Front national, la formation d'extrême droite de Marine Le Pen que tous les partis politiques québécois tiennent pourtant à distance, a appris La Presse.

Loup Viallet, délégué national du FN, a été « officiellement reçu » jeudi par la SSJB et « reconnu comme interlocuteur français », s'est vanté le jeune homme sur sa page Facebook, en mettant en ligne une photo où il pose en compagnie du président de la Société, Maxime St-Laurent Laporte. Ce dernier parle d'une visite « plutôt improvisée » organisée « très rapidement » et affirme qu'il accueille des représentants de toutes les tendances politiques en visite au Québec.

M. Viallet effectuait sa visite en tant que président du Collectif Mer & Francophonie (COMEF), un groupe qui revendique clairement ses liens avec Marine Le Pen sur sa page internet. Son siège social est situé dans les locaux du Front national. M. Viallet signe des communiqués officiels du FN avec ses postes au sein du parti et du COMEF.

Il était accompagné d'Alexandre Cormier-Denis, le militant péquiste qui a fait les manchettes au printemps et à l'été derniers pour ses rencontres avec Marine Le Pen. Son organisation, Horizon Québec Actuel, est elle aussi un « partenaire » officiel de la formation politique française.

« Un échange passionnant entre des défenseurs de la langue française, de la France et du Québec », a décrit M. Cormier-Denis sur sa page Facebook. Il apparaît aussi sur les photos prises dans la Maison Ludger-Duvernay, le siège de la SSJB.

« J'ai reçu monsieur Viallet en tant que promoteur de la francophonie à l'international. Il n'est pas venu me parler du FN, mais de la place de la francophonie dans le monde », a précisé Maxime St-Laurent Laporte, président de la SSJB.

De toute façon, toutes les tendances politiques peuvent visiter la SSJB, a assuré M. St-Laurent Laporte, par écrit. « Dans mon travail, je rencontre toute une variété de gens de tous les horizons », a expliqué le jeune président de la société, citant les exemples d'un « leader syndical palestinien ou de militants communistes cubains ».

La SSJB n'a « absolument aucun lien avec le FN », a-t-il ajouté.

Rencontre controversée

Lors du dernier passage au Québec de Marine Le Pen, aucun parti politique d'importance n'avait accepté de la rencontrer.

M. Cormier-Denis et d'autres militants du PQ avaient accepté de la rencontrer, déclenchant l'ire du chef de l'époque, Pierre Karl Péladeau.

« Au nom du Parti québécois, je tiens à dissocier formellement notre formation politique et ses instances de toute activité ou rencontre, issue d'initiative personnelle, avec des représentants de ce parti dont l'histoire, la doctrine et les propositions sont aux antipodes des valeurs du Parti québécois », avait-il affirmé sur sa page Facebook.

M. Cormier-Denis avait répété l'expérience lors d'un déplacement en France l'été dernier.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer