• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Code de la sécurité routière: les Lavallois récoltent le maximum d'infractions 

Code de la sécurité routière: les Lavallois récoltent le maximum d'infractions

Près de 75% des détenteurs de permis de... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Près de 75% des détenteurs de permis de conduire - il y en avait 5,28 millions en 2014 - n'accumulent pas de points d'inaptitude sur une période de deux ans.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un automobiliste sur quatre a au moins un point d'inaptitude, selon les données de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ). Les résidants de Laval récoltent le maximum d'infractions au Code de la sécurité routière et ceux de la région de la Capitale-Nationale, le minimum. Palmarès.

Excès de vitesse, feux rouges brûlés, dépassements prohibés, etc. : plus de 900 000 infractions entraînant des points d'inaptitude sont commises chaque année par les conducteurs québécois, selon la SAAQ. Les Lavallois dominent le palmarès. Leur taux d'infractions est 2,3 fois plus élevé que celui des gens de la Capitale-Nationale.

Impossible cependant de savoir où les conducteurs ont été arrêtés, puisque la SAAQ ne connaît que leur lieu de résidence. Il y a en général moins d'accidents là où les automobilistes se font prendre - ou le craignent. Plusieurs études scientifiques établissent un lien direct entre contraventions et accidents.

Près de 75% des détenteurs de permis de conduire - il y en avait 5,28 millions en 2014 - n'accumulent pas de points d'inaptitude sur une période de deux ans.

PALMARÈS

Taux d'infractions au Code de la sécurité routière pour 100 000 titulaires de permis de conduire selon la région de résidence, moyenne de 2005 à 2014
1.Laval25 213
2.Laurentides24 266
3.Lanaudière21 944
4.Montérégie19 721
5.Montréal19 504
6.Nord-du-Québec17 570
7.Outaouais17 531
8.Estrie16 627
9.Mauricie16 115
10.Saguenay-Lac-Saint-Jean16 076
11.Abitibi-Témiscamingue15 852
12.Centre-du-Québec14 613
13.Côte-Nord14 535
14.Chaudière-Appalaches14 068
15.Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine12 649
16.Bas-Saint-Laurent11 210
17.Capitale-Nationale10 996

L'AVIS D'EXPERTS

« On n'a aucune raison de croire que les Lavallois sont enclins à commettre plus d'infractions que les autres Québécois, c'est surtout dû à la surveillance policière et aux priorités organisationnelles », croit Étienne Blais, criminologue à l'Université de Montréal.

En fait, si les Lavallois ont plus de risques de recevoir une amende, ce serait parce qu'ils parcourraient plus de kilomètres en moyenne ou circuleraient sur des routes plus surveillées, par exemple, que les résidants d'autres régions.

Le Service de police de Laval compte environ 240 patrouilleurs, dont 20 qui ne font que de la sécurité routière dans leurs tâches quotidiennes. À Montréal, 130 patrouilleurs sur 2000 ont particulièrement à l'oeil les usagers de la route. Ni le Service de police de la Ville de Québec (environ 400 patrouilleurs) ni la Sûreté du Québec (environ 3400 patrouilleurs) n'ont d'agents qui se consacrent entièrement à la sécurité routière.

À 240 KM/H SUR L'AUTOROUTE

Depuis 2005, 24 personnes ont dépassé de 140 km/h et plus la limite de la zone où elles conduisaient. La plupart l'ont fait dans des zones de 60 à 90 km/h. Trois se sont fait pincer à rouler à plus de 240 km/h sur l'autoroute.

En soi, les excès de vitesse représentent 71 % de toutes les infractions comptabilisées par la SAAQ. Les infractions détectées par un radar photo ou un autre appareil de surveillance sont exclues, puisqu'aucun point d'inaptitude n'est alors porté au dossier du contrevenant.

CHUTE DES GRANDS EXCÈS DE VITESSE

Depuis l'entrée en vigueur des pénalités pour grands excès de vitesse en 2008, le nombre d'infractions est en chute libre. En 2007, on a dénombré près de 40 000 infractions tombant dans la catégorie des grands excès de vitesse. En 2014, on en dénombrait près de neuf fois moins. Les pénalités - suspension immédiate du permis, nombre de points d'inaptitude élevé et amende, dossier entaché pendant 10 ans, etc. - « ont eu l'effet dissuasif escompté », se réjouit Étienne Blais, criminologue à l'UdeM.

Les deux tiers des grands excès de vitesse sont commis dans des zones de 60 km/h ou moins, par des conducteurs qui dépassent de 40 km/h et plus la limite.

HAUSSE DES « PETITS » EXCÈS

En 2007, il y a eu un sommet inégalé en 20 ans d'infractions pour excès de vitesse entraînant des points d'inaptitude, soit 783 816 cas. C'était l'Année de la sécurité routière, avec une importante concertation des corps policiers couplée à des campagnes d'éducation. Depuis, c'est en baisse. En 2014, il n'y a eu que 600 557 constats d'infraction.

Or, depuis 2007, le nombre de constats d'infraction pour excès de vitesse de 11 à 20 km/h augmente constamment. Les policiers coincent ainsi davantage de conducteurs dans la première fourchette d'excès. La majorité des excès enregistrés demeure dans la tranche de 21 à 30 km/h au-dessus de la limite.

LES HOMMES ET LA VITESSE

De 2005 à 2014, les hommes ont commis deux fois plus d'excès de vitesse en moyenne que les femmes, en tenant compte du nombre de titulaires de permis par sexe. Mais le contraste s'accentue dans les grands excès de vitesse : les hommes en commettent 17 fois plus que les femmes dans les zones de 100 km/h.

« La prise de risque est plus grande chez les hommes », estime Lyne Vézina, directrice des études et stratégies en sécurité routière à la SAAQ.

Les jeunes conducteurs sont surreprésentés pour tous les excès de vitesse. Mais, bonne nouvelle, le taux de constats d'infraction a baissé de 30 % en 2014 chez les hommes âgés de 16 à 24 ans par rapport à la moyenne de 2005 à 2013.

CEINTURE DE SÉCURITÉ

De 2005 à 2014, près de 53 000 constats d'infraction ont été distribués en moyenne par année pour des ceintures non bouclées. C'est 145 constats par jour. Quatre sur cinq sont remis à des hommes, en tenant compte du nombre de titulaires de permis par sexe.

Si tous les occupants bouclaient leur ceinture, 40 morts et 95 blessés graves seraient évités par année, selon la SAAQ.

Ce sont d'abord les conducteurs qui résident à Laval, puis ceux des Laurentides, de Lanaudière et de Montréal qui reçoivent le plus de ce type d'infraction. De l'autre côté, ce sont les résidants de la Capitale-Nationale qui en récoltent le moins.

- Avec la collaboration de Mauro Valdès

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer