Les Québécois ont vraiment hâte de recommencer à voyager. Voici cinq questions qui reviennent souvent lorsqu’ils contactent un agent de voyages.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

Est-ce qu’on a le droit de voyager ?

Les Canadiens ont le droit de quitter le Canada et de revenir au pays, mais les étrangers n’ont pas le droit d’entrer au Canada, à moins de respecter certains critères très précis, affirme Patrick Giguère, directeur de l’agence Voyages Constellation. Évidemment, ce ne sont pas tous les pays qui vont accepter les voyageurs canadiens.

Où a-t-on a le droit de voyager ?

Les choses évoluent sans cesse : la réponse d’hier n’est pas nécessairement la réponse d’aujourd’hui. Il faut donc aller chercher les derniers renseignements. Règle générale, les Canadiens peuvent aller au Mexique, à Cuba, en Jamaïque et dans d’autres îles. L’Europe était accessible l’été dernier et au début de l’automne, mais avec la deuxième vague, ce n’est plus nécessairement le cas, à moins d’être muni d’un passeport de la communauté européenne. Sur son site internet, l’Association internationale du transport aérien (IATA) offre les informations les plus récentes sur les restrictions des divers pays (en anglais seulement).

> Consultez le site de l’IATA (en anglais)

Est-ce qu’on peut trouver une assurance voyage pour se couvrir en cas de COVID-19 ?

De telles assurances ont commencé à faire leur apparition. Patrick Giguère indique que la Croix Bleue a été une des premières compagnies à offrir une assurance voyage qui couvre la COVID-19. Le directeur de Voyages Constellation note toutefois que ce n’est pas parce qu’une personne a une assurance qu’elle va nécessairement avoir de la place dans un hôpital pour se faire soigner. « Ce sont des choses qui peuvent arriver à l’étranger comme ça peut arriver ici. Les hôpitaux peuvent être débordés et devoir choisir entre le patient A et le patient B. »

Qu’est-ce qui arrive avec les crédits de voyage ?

Tout comme les clients, les agences de voyages sont dans l’attente. Bien des sociétés aériennes et des grossistes ne veulent toujours pas offrir un remboursement pour les vols et les voyages annulés. Une aide gouvernementale aux sociétés aériennes pourrait toutefois être conditionnelle à de tels remboursements. « Nous attendons toujours des nouvelles », indique Patrick Giguère. Au départ, les crédits de voyage avaient souvent une date limite assez rapprochée, comme le 31 décembre 2020. Avec l’évolution de la pandémie, les sociétés aériennes et les grossistes ont prolongé les délais. Pour certains, on parle de deux ans et même de durée illimitée.

Est-ce que la quarantaine est toujours obligatoire au retour ?

Oui, il faut toujours faire une quarantaine de 14 jours au retour. Il y a eu une certaine confusion au cours de l’automne et le chiffre de 10 jours a circulé. Il s’agissait toutefois de la durée de la quarantaine pour les cas confirmés de COVID-19. La durée de la quarantaine des personnes qui reviennent de voyage est toujours fixée à 14 jours.