Il a plu toute la nuit. Une petite rigole d’eau qui s’est formée dans un coin de la tente serpente jusqu’en dessous du matelas de sol. Zut de zut, la tente fuit.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

Un examen minutieux lors du démontage de la tente permet d’évaluer la situation : le ruban transparent qui scellait les coutures du double toit s’est désagrégé. Il va falloir procéder à une petite opération d’imperméabilisation.

« Une tente, c’est comme une petite maison : il y a un peu d’entretien à faire », affirme Sébastien Harvey, gestionnaire des catégories escalade, camping et nautique à La Cordée.

Même si la tente est bien scellée au départ, les années, les intempéries, les rayons du soleil feront leur œuvre.

« Il se peut que le scellant commence à être sec, à s’en aller », note M. Harvey.

Il y a des signes qui ne trompent pas : des gouttelettes qui apparaissent sous les coutures, ou encore de la pluie qui ne perle plus sur le double toit, « comme une vieille veste de nylon qui était imperméable et qui ne l’est plus : l’eau est absorbée et passe à travers les mailles ».

PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE

Lorsque les gouttes de pluie perlent sur la toile,
 c’est que celle-ci est encore imperméable.

Et, bien sûr, il y a les gouttes d’eau qui tombent sur la toile ou la moustiquaire de la tente intérieure et les rigoles qui se forment sur le plancher.

Il faut donc resceller le tout. Ce qui, selon M. Harvey, est plutôt facile à faire. D’ailleurs, il y a eu une époque, pas si lointaine, où il fallait souvent sceller soi-même les coutures d’une tente neuve. Le manufacturier fournissait alors un petit tube de scellant pour cette tâche.

Au cours des dernières années, les grands fabricants ont plutôt choisi de sceller eux-mêmes les coutures de leurs tentes, notamment avec du ruban adhésif imperméable.

Bizarrement, MSR semble vouloir faire marche arrière pour ses tentes les plus légères et ses bivouacs.

« À partir de 2019, les tentes ultralégères et les bivouacs de MSR seront dotés du système Xtreme Shield qui se passe du ruban scellant traditionnel pour se fier plutôt à des coutures de précision qui durent beaucoup plus longtemps sur des tentes légères », fait savoir le fabricant sur son site internet.

Les phrases suivantes indiquent toutefois que ces fameuses coutures ne sont pas invincibles.

« Si vous prévoyez camper sous une pluie forte ou persistante, nous recommandons de sceller les coutures où ce serait nécessaire. Le fait de sceller les coutures va assurer une imperméabilité maximum et une tente d’une exceptionnelle longévité. »

Facile

Qu’il s’agisse de sceller les coutures d’une nouvelle tente ou d’une tente qui a beaucoup voyagé, le processus est sensiblement le même.

Il faut d’abord nettoyer et sécher les coutures. S’il y a un ruban adhésif très abîmé, il est préférable de le retirer. MSR recommande le scellant Seam Grip de Gear Aid pour sceller les coutures. Il suffit de fixer au tube la petite brosse (fournie dans le paquet) et d’étaler une très mince couche de scellant sur la couture.

« Ça se pose très rapidement et ce n’est pas très cher », affirme M. Harvey.

Le processus n’est pas tellement plus compliqué lorsqu’il s’agit de réimperméabiliser tout le double toit, ce qui peut être nécessaire lorsque la pluie ne perle plus sur la toile. Il s’agit d’utiliser sensiblement le même produit que celui utilisé pour les vestes en Gore-Tex.

« Le NikeWax est une cire aqueuse qui va envelopper les mailles pour que l’eau ne puisse pas s’infiltrer, indique M. Harvey. Le traitement est facile : il suffit de faire tremper la tente et de la faire sécher. »

Les fabricants de tentes ne recommandent pas de mettre une tente dans la laveuse, surtout s’il y a un agitateur central. Il est donc préférable de faire tremper la tente dans le bain, en suivant les indications sur la bouteille au sujet de la quantité nécessaire de produit imperméabilisant.

« C’est simple, facile, efficace », assure M. Harvey.

Il fait valoir qu’une tente de qualité, bien entretenue, peut durer très longtemps.

PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE

Une tente mal montée risque d’avoir plus de fuites qu’une tente bien tendue.

Il faut simplement faire attention à un certain nombre de détails. Par exemple, il faut toujours s’assurer de bien faire sécher la tente avant de l’entreposer. Il faut aussi veiller à ne pas placer la tente près d’un feu de camp. Les étincelles peuvent faire de vilains petits trous dans la toile.

Il faut aussi privilégier les sites bien ombragés : les rayons UV du soleil sont particulièrement dommageables pour les toiles de tente.

Enfin, M. Harvey rappelle de planter sa tente dans un endroit bien drainé. Personne n’a envie de se réveiller au milieu de la nuit, en plein orage, dans un creux de terrain qui se remplit comme une baignoire…