Recherche Voyage
Source ID:36f4103b-c40c-4d7b-9825-5d617f1c03ee; App Source:alfamedia

Se prémunir contre les chaleurs infernales

L'hydratation a beau être une évidence, certains voyageurs... (PHOTO RAFIQ MAQBOOL, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

L'hydratation a beau être une évidence, certains voyageurs conservent de mauvaises habitudes.

PHOTO RAFIQ MAQBOOL, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Vous avez demandé votre climatiseur en mariage tout l'été? Pourtant, les vagues de chaleur québécoises sont de la petite bière si vous projetez d'explorer certaines zones d'Asie, d'Afrique ou d'Amérique du Sud.

Pour ne pas finir sous forme de flaque bouillonnante ou de poulet rôti portugais, voici quelques directives à suivre pour faire face aux canicules les plus diaboliques.

Boire sans déboires

L'hydratation a beau être une évidence, certains voyageurs conservent de mauvaises habitudes. «Il ne faut pas attendre d'avoir soif et boire de petites quantités d'eau très souvent. Évitez l'alcool, le café et le thé, qui peuvent au contraire déshydrater par leur effet diurétique», rappelle Julie Désilets-Picard, infirmière à la Clinique du voyageur du Grand Montréal, qui exhorte à s'assurer que l'eau consommée est potable. À noter: l'urine foncée et odorante est le signe d'une hydratation insuffisante.

Restauration non rapide

«L'estomac peut être plus lent et capricieux lorsque le corps change de climat et se retrouve confronté à une grande chaleur. Il est recommandé de manger moins, mais plus souvent», conseille Mme Désilets-Picard.

Légèrement vêtu

«Prévoyez des vêtements légers, confortables et, idéalement, qui se lavent facilement et sèchent rapidement. Les boutiques de sport et de plein air sont sans doute les endroits idéaux pour dénicher des vêtements adaptés», conseille à ses clients Ariane Arpin-Delorme, fondatrice de l'agence Esprits d'Aventure et auteure. Les couleurs claires, les vêtements amples ainsi que le lin et le coton léger sont à privilégier. Pour protéger la «tour de contrôle», un chapeau à larges bords sera plus efficace qu'une casquette. 

Réduire l'effort

Quiconque a grimpé à vélo la vallée des Rois d'Égypte en plein après-midi d'été (comme l'auteur de ces lignes) confirmera que réduire l'effort physique est indispensable. «Évitez l'exposition au soleil autant que possible, surtout en milieu de journée. Si ce n'est pas possible, réduisez l'effort physique et prévoyez des périodes de repos à l'ombre. S'il est prévu de faire en voyage un effort physique soutenu à la chaleur, essayez de vous ajuster avant le départ en faisant une heure d'exercice par jour à une température comparable», indique Mme Désilets-Picard.

À garder sous la main

La consultante Ariane Arpin-Delorme, qui envoie fréquemment ses clients en zones de grande chaleur, énumère une liste de produits utiles: crème à l'aloès, écran solaire 15-30 avec dioxyde de titane si possible, baume pour les lèvres Lypsyl ou Dermatone avec écran solaire, antisudorifique, larmes artificielles en gouttes, pompe décongestionnante et sachets de sels de réhydratation (Gastrolyte ou d'Électrolyte) pour favoriser la réhydratation.

Détecter et réagir

Le site internet gouvernemental consacré aux voyageurs souligne que certains médicaments peuvent augmenter les risques de succomber à la chaleur: somnifères en vente libre, antihistaminiques, pilules contre la diarrhée et antidépresseurs, entre autres, pourraient masquer les signes d'un coup de chaleur ou enrayer les mécanismes de défense. «Il faut surveiller les signes d'insolation: étourdissements, confusion, nausées, maux de tête, respiration et rythme cardiaque accélérés, soif extrême, miction urinaire moins fréquente, recense l'infirmière Julie Désilets-Picard. Si cela se produit, refroidir le corps progressivement pour ne pas lui donner un choc thermique trop rapide. S'hydrater en ajoutant dans l'eau des sels de réhydratation de type Gastrolyte ou Pedialyte. Se reposer à l'ombre, dans un endroit bien aéré.» Si l'état ne s'améliore pas rapidement, consultez un médecin.

Petits accessoires légers et rafraîchissants

Voici trois suggestions d'accessoires qui se font petits dans un bagage, mais peuvent faire une grande différence sur le terrain.

Des pales pour pallier les fournaises

Très prisé en Asie, le miniventilateur se branche dans un cellulaire pour générer une agréable brise. On le trouve depuis peu dans les commerces et distributeurs québécois (Jean Coutu, Addison, Best Buy...), pour un prix oscillant entre 6 et 8 $. Attention aux cheveux longs qui pourraient s'y emmêler et à ne pas épuiser votre pile (même si le gadget est peu énergivore).

Des serviettes à votre service

Certaines serviettes fabriquées en matériau synthétique hyper évaporateur conservent longtemps leur fraîcheur une fois trempées, même si l'air ambiant reste torride (Cool Core d'ATF, Cooling Towel de Relaxus, EnduraCool de Mission, etc.). Un bon moyen de faire baisser le mercure corporel. Compter entre 10 et 35 $.

Un brumisateur salvateur

Ces petits vaporisateurs d'eau minérale sous pression diffusent un voile très rafraîchissant, et sont vendus en format de voyage (50 ml, environ 9 $), ce qui permet de les transporter en avion.




la boite: 1600176:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer