(Ottawa) Tous les passagers au départ des quatre plus grands aéroports canadiens, dont Montréal-Trudeau, devront dès maintenant se soumettre à une vérification de leur température avant de se rendre au point de contrôle.

La Presse canadienne

Les passagers qui présentent une température supérieure à 38 degrés ne seront pas autorisés à voyager ; ils seront invités à réserver un nouveau siège après deux semaines de quarantaine.

Le gouvernement fédéral a annoncé jeudi que des stations de contrôle de la température sont maintenant installées dans les aéroports de Montréal, Toronto (Pearson), Vancouver et Calgary, dans le cadre des efforts visant à freiner la propagation de la COVID-19. Transports Canada indique que le contrôle de la température sera étendu d’ici le 30 septembre aux 11 autres aéroports les plus achalandés du pays, notamment Québec, Ottawa et Billy-Bishop, à Toronto.

Le ministère précise que les employés qui pénètrent dans les zones réglementées des aéroports seront eux aussi contrôlés.

Si leur température est supérieure à 38 degrés Celsius au premier test, les voyageurs seront invités à attendre 10 minutes, à moins qu’ils ne présentent un certificat médical indiquant précisément la raison pour laquelle cette température élevée n’est pas causée par la COVID-19 — un test négatif à la COVID-19 ne sera pas suffisant, précise-t-on. Si une deuxième lecture indique toujours une température supérieure à 38 degrés, ou si le passager refuse une deuxième lecture, il ne sera pas autorisé à se présenter au point de contrôle.

Ces nouvelles mesures de dépistage sont destinées à compléter les précédentes mesures de sécurité entourant les voyages, y compris l’obligation pour tous les passagers de porter un couvre-visage.