Source ID:78c169b1-24cc-42ef-a487-11b802fb5f05; App Source:alfamedia

Gare au sexe sans poils

L'épilation intégrale des poils pubiens augmente les risques... (Photo Thinkstock)

Agrandir

L'épilation intégrale des poils pubiens augmente les risques de contracter des maladies transmises sexuellement, selon une étude californienne.

Photo Thinkstock

Nadielle Kutlu

Collaboration spéciale

La Presse

L'épilation intégrale des poils pubiens est toujours en vogue, notamment auprès des jeunes femmes de 20 à 30 ans, et surtout durant l'été. Sans oublier que de plus en plus de femmes plus âgées veulent éliminer les poils pubiens devenus blancs.

Environ 62 % des femmes de 18 à 65 ans ont déjà eu recours à l'épilation intégrale de la vulve, selon une récente étude américaine publiée dans la revue médicale JAMA Dermatology. Une pratique qui comprend souvent l'épilation du pli interfessier. C'est surtout pour leur vie sexuelle, les vacances ou encore en vue d'un rendez-vous médical que les femmes vont choisir de s'épiler le pubis. Elles le font aussi parce qu'elles considèrent cela comme plus hygiénique et que le geste fait partie de leur routine. Toujours selon cette recherche, la grande majorité des femmes s'épilent elles-mêmes.

Or, cette populaire pratique esthétique augmente les risques de contracter des maladies transmises sexuellement comme l'herpès, la syphilis ou le virus du papillome humain (VPH), d'après une étude californienne publiée dans la revue médicale BMJ l'an dernier.

Attention aux modes d'épilation

Les poils pubiens n'offrent aucune protection contre des infections, affirme la Dre Nathalie Leroux, urogynécologue au CHU Sainte-Justine. Contrairement aux poils du nez, par exemple, qui agissent comme une barrière pour l'entrée des pathogènes et des poussières. C'est toutefois la procédure pour s'épiler le pubis qui pose problème. «En s'épilant avec le rasoir, la crème épilatoire ou la cire, on fait des microtraumatismes au niveau de la peau. On crée alors un environnement propice pour n'importe quelle bactérie», explique-t-elle. Même si ces microtraumatismes sont souvent invisibles à l'oeil nu.

Par exemple, une femme qui a un ou des condylomes, soit des verrues génitales, généralement dues au VPH, et qui vient de se raser la vulve augmente les risques de propager le virus par le simple frottement dans sa culotte.

«Elle pourrait étendre cette infection à d'autres parties de sa vulve, dans les petits microtraumatismes qui ont été créés. En se rasant, on en met partout.»

D'ailleurs, il est souvent déconseillé à des patientes qui suivent des traitements en colposcopie de se raser le sexe de ces façons, et ce, jusqu'à la fin de leur traitement.

Autre cas: si on n'est pas infectée, mais que son partenaire sexuel a un mini-condylome à peine visible près du pénis ou des testicules, on risque d'attraper le virus lors d'une relation sexuelle, même protégée avec un condom. Car ces virus se transmettent par contact et ne seront pas couverts par le préservatif. «S'il y a une région traumatisée, l'infection pourra s'implanter plus facilement», souligne la Dre Leroux, qui constate que de plus en plus de gens «entretiennent» leurs poils pubiens.

Outre des infections transmises sexuellement (ITS), le risque d'attraper des infections virales, comme le molluscum contagiosum, augmente aussi lorsqu'on épile les parties intimes, souligne-t-elle. Il s'agit d'une infection virale de la peau assez commune et qui se transmet par contact, surtout chez les enfants.

Raccourcir les lèvres vulvaires

Autre conséquence de la guerre aux poils pubiens: la chirurgie vulvaire ou nymphoplastie. «Avec le rasage très court ou intégral, soudainement, on voit apparaître les petites lèvres de la vulve qui étaient un peu cachées par les poils pubiens», explique la Dre Nathalie Leroux. «Et la nouvelle mode, c'est: je veux avoir l'air d'une Barbie. Et Barbie, quand on la regarde sans ses culottes, elle a juste des grandes lèvres, soit deux petits plis cutanés.» Résultat: de plus en plus de femmes demandent des traitements esthétiques pour raccourcir leurs petites lèvres, «parce qu'elles ne trouvent pas cela beau, des petites lèvres qui dépassent».

L'épilation intégrale à la cire a toujours la... (Photo Thinkstock) - image 2.0

Agrandir

L'épilation intégrale à la cire a toujours la cote auprès des femmes de «20 à 70 ans».

Photo Thinkstock

Comment s'épiler?

Le sujet de l'épilation intégrale ou quasi intégrale des poils pubiens reste tabou. Peu de médecins en parlent avec leur patiente. Car «c'est un choix personnel, un choix esthétique et [qui concerne] la vulve en plus. On n'est pas contre. Mais quand ça implique des conséquences médicales pour les patientes, l'extension de maladies transmissibles sexuellement parce qu'elles en ont une [maladie] active, c'est sûr qu'on en parle», soutient la Dre Leroux. Selon elle, «le laser est probablement la méthode d'épilation la plus sécuritaire, car il suffit de quelques séances». Autre option: utiliser le rasoir de type «clipper» pour raccourcir les poils.

L'avis de spécialistes en épilation

À la cire

Claudel Bérubé, esthéticienne à Montréal depuis 40 ans, constate que l'épilation intégrale de la vulve à la cire (appelée épilation intégrale du bikini dans les salons esthétiques) a toujours la cote auprès des femmes de «20 à 70 ans» depuis quelques années. Le problème de l'épilation à la cire, c'est qu'on enlève une partie superficielle de la peau en même temps qu'on arrache les poils. «La cire chaude, à l'ancienne, est une meilleure option, car elle colle moins à la peau. Et ça fait moins mal. Parce que c'est une région où la peau est très fine et plus moite», explique l'esthéticienne. L'épilation de type bikini brésilien, qui consiste à laisser une fine ligne de poils ou un petit triangle sur le pubis, tout en dégageant les lèvres, est aussi très populaire, car «ça fait moins petite fille».

Au laser diode

Adela Lousoupova, spécialiste en épilation définitive et propriétaire du salon Adela centre d'épilation, sur le Plateau Mont-Royal, observe aussi la forte tendance de l'épilation intégrale ou quasi intégrale de la vulve. Mais elle déplore l'obsession de supprimer tout poil pubien. «J'ai des clientes qui veulent éliminer jusqu'au dernier poil sur les lèvres et autour de l'anus. À tel point que j'essaie de leur parler, parce que je trouve que c'est exagéré.» Car parfois, ces poils sont à peine visibles au microscope. Mme Lousoupova utilise le laser (diode). «Comme la cire va souvent causer des poils incarnés, des boutons et des irritations, les femmes se tournent vers le laser. Mais le laser ne fait pas de miracle. Il faut être une bonne candidate. Il y a des cas où ça marche hyper bien, d'autres moins. Plus le poil est noir, plus la peau est pâle, meilleurs sont les résultats», dit-elle. En moyenne, il faut huit séances de laser pour l'épilation intégrale des poils pubiens. Les poils diminueront, mais dans beaucoup de cas, il faudra terminer le traitement à l'électrolyse.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer