Une consommation continue d'oméga-3 de source marine avant, durant et après la ménopause peut diminuer la détresse psychologique et les symptômes dépressifs légers. Les bouffées de chaleur seraient aussi moins fréquentes.

Mis à jour le 16 févr. 2009
Stéphanie Bérubé LA PRESSE

Une équipe de la faculté de médecine de l'Université Laval a mené une étude sur la consommation de suppléments d'oméga-3 auprès de 120 femmes de 40 à 55 ans. Une partie des participantes avaient en main un diagnostic de dépression et une partie avait déjà souffert de dépression.

Les participantes ont été divisées en deux groupes. La moitié consommait des gélules contenant l'équivalent d'un gramme d'oméga-3, tandis que l'autre utilisait, sans le savoir, un placebo. Après huit semaines de traitement, celles qui avaient pris les oméga-3 avaient considérablement amélioré leur état. À condition qu'elles souffrent de dépression légère. Les femmes qui éprouvaient des symptômes de dépression plus sévère n'avaient pas les mêmes effets positifs.

Le groupe a utilisé des suppléments plutôt que du poisson gras pour des raisons pratiques, explique le Dr Michel Lucas, auteur de cette étude. La dose quotidienne équivalait à 47 grammes de saumon d'élevage.

L'étude a été menée entre 2005 et 2007. Elle a été financée par la Chaire André et Lucie Chagnon et les suppléments remis aux patientes ont été fournis par un fabricant européen de gélules d'oméga-3. Les résultats ont été publiés dans l'American Journal of Clinical Nutrition.