Option consommateurs désire intenter un recours collectif contre huit compagnies pharmaceutiques pour fausse représentation.

Magdaline Boutros LA PRESSE CANADIENNE

Une requête en autorisation a été déposée mardi en Cour supérieure du Québec.

L'organisme de défense des droits des consommateurs reproche aux entreprises visées d'avoir vendu et fait la promotion de médicaments contre la toux et le rhume destinés à une clientèle de moins de six ans.

«Or, les études démontrent que ces produits sont inefficaces pour les enfants de moins de six ans», a expliqué Stéphanie Poulin, responsable du service juridique d'Option consommateurs, en entrevue téléphonique.

«Nous considérons qu'il s'agit de fausse représentation et, par conséquent, que les consommateurs ont subi un dommage», a-t-elle ajouté.

Les huit entreprises visées sont Johnson & Johnson, Novartis, Pfizer, Procter & Gamble, Ratiopharm, Wyeth, Trillium et Vita Health.

Les médicaments mis en cause ont été vendus au Canada sous les noms de Advil, Balminil, Benylin, Buckley's, Dimetapp, Robitussin, Sudafed, Triaminic, Tylenol et Vicks.

Des marques maison sont également visées: Biomedic (Famili-Prix), Equate (Walmart), Exact (Loblaws), Life (Pharmaprix), Option (Uniprix), Personnelle (Jean-Coutu) et Sélection (Métro).

Santé Canada a d'ailleurs exigé, en décembre dernier, que les entreprises pharmaceutiques indiquent clairement sur les étiquettes que les produits contre la toux et le rhume ne sont pas destinés aux jeunes enfants. Les modifications seront faites d'ici l'automne prochain.

En induisant leurs clients en erreur, Option consommateurs estime que ces huit entreprises ont contrevenu à la Loi sur la protection du consommateur et à la Loi sur la concurrence.

Par le biais du recours collectif, l'organisme réclame que les compagnies pharmaceutiques remboursent les parents qui ont acheté des produits contre la toux et le rhume pour leurs jeunes enfants.

Stéphanie Poulin recommande d'ailleurs aux consommateurs de conserver des preuves d'achats, tels que des factures ou des emballages. Elle encourage également les consommateurs désirant participer au recours collectif à compléter un formulaire sur le site Internet d'Option consommateurs.

Dans son recours collectif, Option consommateurs réclame également des dommages punitifs de 1 million $ à chaque compagnie poursuivie.