Une alimentation riche en gras modifie la flore intestinale, ce qui empêche ensuite le cerveau de reconnaître les signaux de satiété et ouvre la porte à la suralimentation, démontre une nouvelle étude.

Publié le 8 juill. 2015
LA PRESSE CANADIENNE

Les scientifiques ont expliqué qu'une alimentation grasse réorganise complètement la circuiterie cérébrale des souris. Une telle alimentation provoque notamment l'inflammation des portions du cerveau responsables de l'alimentation, ce qui peut ensuite avoir un impact sur les signaux de satiété.

Le docteur Krzysztof Czaja a ajouté qu'une alimentation grasse déséquilibre aussi le microbiome intestinal, en favorisant la multiplication de certaines bactéries et en en affaiblissant d'autres - voire en les faisant complètement disparaître. Ces changements peuvent ensuite interférer avec les communications entre le cerveau et le système digestif.

La suralimentation est une des principales causes de l'épidémie d'obésité.

Les conclusions de cette étude menée par des chercheurs de l'Université de la Géorgie, de l'université Washington State et de l'université Binghampton ont été présentées cette semaine dans le cadre d'un colloque de la Society for the Study of Ingestive Behavior.