• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > Maladies cardiaques: l'exercice «aussi efficace» que les médicaments 
Source ID:; App Source:

Maladies cardiaques: l'exercice «aussi efficace» que les médicaments

Pratiquer régulièrement une activité physique pourrait être au moins aussi... (Photo shutterstock.com)

Agrandir

Photo shutterstock.com

Agence France-Presse

Pratiquer régulièrement une activité physique pourrait être au moins aussi efficace que les médicaments pour prévenir ou accompagner certaines pathologies, selon une étude publiée mercredi dans une revue médicale britannique.

L'exercice physique serait même un peu plus efficace que les médicaments dans la rééducation de patients ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) ou dans la prévention des complications ou de la récidive chez des patients atteints d'une affection coronarienne.

Provoquée par des lésions au niveau des parois des vaisseaux qui irriguent le coeur (artères coronaires), la maladie coronarienne est la forme la plus courante de maladie du coeur. Elle peut entraîner une crise cardiaque, si un de ses vaisseaux se bouche.

Des chercheurs britanniques et américains ont passé en revue les données fournies par plus de 300 études scientifiques internationales ayant porté au total sur 339 000 personnes pour tenter d'évaluer l'impact de l'exercice physique sur diverses pathologies en terme de mortalité.

En se basant sur les résultats de 77 essais portant sur la prévention secondaire (après un accident) de la maladie coronaire, ils ont découvert que l'exercice physique était «aussi efficace» , voire même légèrement supérieur à un traitement à base de statines, des médicaments prescrits pour combattre l'excès de cholestérol.

Ils ont également montré un très léger avantage de l'exercice physique par rapport à un traitement médicamenteux (notamment anticoagulants) utilisé dans les suites d'un AVC.

À l'inverse, les diurétiques se sont avérés nettement plus performants que l'exercice physique dans le traitement de l'insuffisance cardiaque.

Les auteurs de l'article publié dans le British Medical Journal (BMJ) reconnaissent l'existence de limites à leurs travaux, liées notamment au manque d'études consacrées à l'impact de l'activité physique sur les principales pathologies, alors que les études sur les médicaments foisonnent.

Mais ils estiment que malgré ces incertitudes, l'activité physique «est potentiellement aussi efficace que de nombreuses interventions médicamenteuses».

Les autorités sanitaires devraient demander aux laboratoires pharmaceutiques d'inclure la comparaison de leurs nouvelles molécules avec l'exercice physique, lors des essais cliniques, préalables à la commercialisation des nouveaux médicaments, estiment les auteurs.

Enfin, «dans les cas où le médicament n'offre qu'un bénéfice modeste, les patients ont le droit de savoir quel impact relatif l'activité physique pourrait avoir sur leur maladie», ajoutent-ils.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer