Ce jeudi 31 mai 2012 marque la 25e édition de la Journée mondiale sans tabac. À cette occasion, de nombreux événements sont organisés dans le monde et les annonces de santé publique incitant à l'arrêt du tabac se multiplient. Mais tous ces efforts ont-il un effet sur l'attitude du public ?

RELAXNEWS

La réponse est oui, selon les chercheurs, et pas qu'un peu. Selon une nouvelle étude dont les résultats ont été annoncés le 30 mai, les fumeurs sont plus enclins à arrêter la cigarette lorsqu'arrive cette Journée mondiale sans tabac qu'à l'occasion du Nouvel an, une date pourtant très propice à ce genre de bonnes résolutions.

Des chercheurs de l'Hôpital des enfants de Boston et de l'École de santé publique Johns Hopkins Bloomberg ont effectué une veille des programmes d'information anti-tabac et des requêtes internet concernant l'arrêt du tabac pendant six ans, de 2006 à 2011, dans six pays latino-américains. Il en ressort que leurs nombres explosent pendant la Journée mondiale sans tabac (+84% par rapport à un jour ordinaire) et dépassent même parfois ceux enregistrés lors du Nouvel an.

«On s'imagine en général que c'est à l'occasion du Nouvel an que les médias incitent le plus les gens à renoncer au tabac et que les fumeurs se décident le plus à arrêter de fumer», explique l'analyste en chef et doctorant de Johns Hopkins Bloomberg Benjamin Althouse. «Mais la Journée mondiale sans tabac affiche des chiffres record, qui dépassent parfois ceux du Nouvel an, comme si c'était une seconde chance de prendre cette bonne résolution.»

L'étude sera publiée dans le numéro de mai/juin de la revue Journal of Medical Internet Research.

«Au bout de 25 ans, nous n'étions plus certains que la Journée mondiale sans tabac ait encore un impact significatif en matière de santé publique», confie John W. Ayers, auteur principal de l'étude. «Pour être honnête, étant donné la prolifération des journées de prévention, nous avons été surpris de constater que celle-ci était toujours une occasion privilégiée de s'informer pour les personnes cherchant à arrêter.»

«Près de 6 millions de personnes meurent des méfaits du tabac chaque année et parmi elles 600 000 fumeurs passifs», rappelle Douglas Bettcher, directeur de l'Initiative pour un monde sans tabac de l'OMS, avant de conclure : «Toute initiative qui joue en faveur de l'arrêt du tabac revêt donc une importance vitale.»