Le Chardonnay... inspire confiance. En ce sens qu'on n'hésite jamais à mettre en cave, pour au moins quatre ou cinq ans, des vins de Chardonnay réputés, par exemple des chablis 1ers crus ou encore des bourgognes de la Côte de Beaune.

Jacques Benoit LA PRESSE

Le Sauvignon blanc, lui, laisse perplexe!

Autrement dit, on se demande toujours s'il y a des vins de ce cépage susceptibles de tenir la route, ou s'il ne vaut pas mieux les boire dans leur jeunesse, sur le fruit (comme disent nos amis français).

L'exception, naturellement: les grands bordeaux blancs, surtout de l'appellation Pessac-Léognan, associant le Sauvignon blanc au Sémillon, dont personne ne doute qu'ils gagnent à vieillir au moins quelques années.

Il en va différemment pour les vins de pur Sauvignon... Peuvent-ils tenir, ou pas?

Or, goûté de nouveau tout récemment, le Sancerre 2005 La Moussière, fait bien sûr que de Sauvignon blanc, et qui est un vin commercialisé sur notre marché depuis de nombreuses années, illustrait de façon éloquente à quel point ces vins peuvent embellir avec l'âge.

Il «chardonnait» (selon l'expression consacrée), à la fois au nez et en bouche, en ce sens que le caractère variétal du Sauvignon s'était à peu près complètement estompé, ayant fait place à des arômes beurrés, incroyablement séduisants, comme on en trouve dans les grands vins de Chardonnay parvenus à leur apogée. Suivait une bouche tendre, avec du gras et beaucoup d'éclat, d'un équilibre et d'une élégance qui lui donnaient droit au titre de grand vin. Quatre étoiles, donc.

Peut-il encore tenir? Je dirais, intuitivement, qu'il ne sera jamais meilleur. Toutefois, sans doute peut-on le garder en cave environ deux ans de plus.

Sept vins

Sancerre 2009 La Moussière, 26,90$ (33 480), ***1/2,$$$, 2010-2014

«La pierre angulaire» de notre domaine, disent les propriétaires de La Moussière. Vinifié moitié en cuves, et moitié en fûts neufs, ce Sancerre de toute beauté, au boisé on ne peut plus discret, et au caractère variétal tout aussi retenu, s'impose par sa distinction, son charme, l'équilibre souverain de ses composantes. La grande distinction, et rien de tape-à-l'oeil. 13,5% (157 caisses).

Sancerre 2009 Pascal Jolivet, 24,60$ (528 687), ***1/2,$$$ , 2010-2016

Superbe Sancerre, non boisé, au bouquet très expressif, très Sauvignon, nuancé, mais sans excès aromatique (genre odeurs d'asperges), avec aussi une curieuse note rappelant l'encens. Goûteux, pourvu de beaucoup d'éclat, l'après-goût persiste un long moment, le millésime étant de toute évidence très réussi. 12,5% (156 caisses).

Chablis 2006 «les vénérables vieilles vignes». La Chablisienne, 28,95$ (11 094 639),***1/2, $$$1/2, 2010-2014.

Beaucoup de viticulteurs de Chablis jugent que 2006 a donné des vins atypiques, plus tendres et moins acides que normalement. Ce très beau chablis aux saveurs mûres, quoique sans mollesse, sans déficit acide, donc, et au bouquet relevé par une note minérale caractéristique, en est un bon exemple. Délicieux. 12,5% (163 caisses).

Vin de Pays des Coteaux d'Enserune 2007 Enseduna,17,90$ (709 523), ***1/2, $$, 2010-2016

Vin du Languedoc, de Syrah (45%), de Merlot (40%) et de Cabernet Sauvignon (15%), et élevé en fûts, richement coloré, et dont on se demande, à son riche bouquet aux notes de grillé (le bois) - en le goûtant à l'aveugle - s'il s'agit d'un vin du Sud ou du Sud-Ouest. Charnu, dense, ses tannins sont aimables. Impeccable. 13,5% (89 caisses).

Navarra 2006 Gran Feudo Seleccion Especial, 13,90$ (11 264 491), **1/2,$1/2, 2010-2013.

Vin rouge espagnol fait pour moitié de Tempranillo et pour l'autre moitié de Merlot et de Cabernet Sauvignon, d'un pourpre-prune assez soutenu et au bouquet vanillé (élevage en fûts de chêne français et américain). Un peu plus que moyennement corsé, ses tannins sont tout en souplesse. À prix doux. 13,5% (103 caisses).

Bierzo 2006 Pittacum19,50$ (10 860 881), ***,$$, 2010-2014.

Que du Mencia dans ce vin espagnol d'une appellation à la réputation croissante (Bierzo), bien coloré, au bouquet de fruits rouges et au boisé bien présent (chêne français et américain). Corsé, consistant, passablement épicé, ses tannins sont sans rugosité, quoiqu'on le souhaiterait un peu moins boisé. Très bon quand même. 14,5% (132 caisses).

Givry 1er cru Les Bois Chevaux 2008 Didier Erker, 25,10$ (880 492),*** ,$$$, 2010-2013.

Beau bourgogne, d'une couleur rouge clair et à reflets bleutés, au bouquet net, mais plutôt retenu. Souple, tout au plus moyennement corsé, ses saveurs sont franches, et cela se boit... avec le plus grand plaisir. 13% (122 caisses).