La Russie a gardé le meilleur pour la fin. Après avoir encaissé une défaite en prolongation de 2-1 aux dépens de la Slovaquie, Alexander Ovechkin et ses coéquipiers ont battu la République tchèque 4-2 pour s'emparer du premier rang du groupe B.

Mis à jour le 21 févr. 2010
François Gagnon, envoyé spécial LA PRESSE

La Russie a gardé le meilleur pour la fin. Après avoir encaissé une défaite en prolongation de 2-1 aux dépens de la Slovaquie, Alexander Ovechkin et ses coéquipiers ont battu la République tchèque 4-2 pour s'emparer du premier rang du groupe B.

Evgeni Malkin, avec deux buts et une passe, a dirigé l'attaque de son équipe. Ovechkin (2 passes) et Alexander Semin (1 passe) ont également fortement contribué à la victoire complétant un trio redoutable.

«C'est certainement le meilleur trio auquel j'ai fait face depuis le début de ma carrière. C'est peut-être même le meilleur de l'histoire», a reconnu Tomas Kaberle qui a terminé sa soirée de travail avec un différentiel de moins-1.

«Nous avons choisi le bon moment pour disputer notre meilleur match du tournoi. Il n'était pas impératif de gagner, mais j'aime mieux terminer et premier rang et avoir une bonne chance de passer directement en ronde éliminatoire. Mais ce qui comptait vraiment était de trouver notre synchronisme et de bien jouer en équipe. On l'a fait aujourd'hui», a commenté le défenseur Andrei Markov.

Jagr: une grave erreur

Alexander Ovechkin n'a pas marqué en dépit des cinq tirs dirigés sur le filet de Tomas Vokoun. Il a toutefois effectué le jeu de la rencontre en tout début de troisième en assénant une mise en échec percutante à l'endroit de Jaromir Jagr.

Le grand tchèque a alors perdu la rondelle avant de se retrouver sur le dos. Fedor Tyutin a hérité de la rondelle qu'il a ensuite remise à Semin qui a rejoint Malkin en maraude à la gauche du filet. Malkin a dégainé rapidement ne donnant aucune chance à Vokoun qui a malgré tout effleuré la rondelle sans arriver à la stopper.

«Je ne voyais personne à qui faire la passe et j'ai gardé la rondelle trop longtemps. C'était une erreur. Une grave erreur. Et le fait d'avoir commis cette erreur qui a conduit au but fait bien plus mal que la mise en échec. Mais j'aimerais avoir subi une commotion. Comme ça, je pourrais oublié le jeu», a lancé Jagr en esquissant un sourire gêné.

Comme tous les joueurs sur la patinoire et tous les amateurs dans les gradins qui ont d'ailleurs salué ce coup d'épaule avec des oh! émanant des quatre coins de la Place du hockey, Tomas Vokoun a vu son coéquipier être envoyé cul par-dessus tête par Ovechkin.

Mais il a assuré ne pas avoir été déconcentré par le coup.

«C'était loin au centre. J'ai eu le temps de voir le jeu se développer. Le problème, c'est que Malkin était hors de mon champ de vision. J'ai suivi la passe du mieux que j'ai pu, mais je n'étais pas en assez bonne position pour effectuer l'arrêt. Ça s'est déroulé pas mal vite vous savez», a plaidé le gardien des Panthers de la Floride.

En arrière 3-1 après ce but de Malkin, les Tchèques n'ont pas baissé la tête.

Milan Michalek a d'ailleurs répliqué avec un but avec un peu plus de cinq minutes à faire au match pour redonner espoir aux partisans venus encourager leur pays.

Pavel Datsyuk, dans un filet désert, a toutefois scellé l'issue de la rencontre. Viktor Kozlov a marqué l'autre but des Russes. Un but qui brisait une égalité de 1-1 en milieu de deuxième période.

Plekanec: meilleur buteur

Tomas Plekanec lors d'une double supériorité numérique en fin de premier tiers a marqué l'autre but des Tchèques. C'était le troisième pour le joueur de centre du Canadien qui domine son équipe avec quatre buts depuis le début du tournoi.

La victoire permet aux Russes de coiffer les Tchèques au premier rang du groupe B. La République tchèque devra disputer un match supplémentaire.

«J'aurais bien aimé profiter d'un congé de plus avant d'entreprendre le deuxième tableau. Mais bon! il faudra d'abord gagner un match suicide. Ce qui n'est jamais évident», a indiqué Tomas Plekanec qui ne connaissait pas encore l'identité de l'adversaire dans le cadre de ce match qui sera disputé mardi.

«Nous étions en bonne position pour passer directement en éliminatoire, mais nous n'avons pas assez bien joué pour battre les Russes. Nous avons obtenons six occasions en attaque à cinq. On a marqué deux fois, mais il aurait fallu être plus efficace encore», a ajouté Tomas Plekanec.

Limités à un petit but en 13 avantages numériques après deux matchs, la Russie a marqué une fois en trois tentatives dimanche.