(Las Vegas) Avec 125,6 kg affichés sur la balance vendredi lors de la pesée à Las Vegas, Tyson Fury n’aura jamais été aussi costaud sur un ring pour défendre sa ceinture WBC des poids lourds, contre Deontay Wilder plus léger de 17,7 kg.

Agence France-Presse

Se déroulant habituellement dans une ambiance surchauffée, ce traditionnel moment était vidé de sa substance festive dans l’antre de la MGM Grand Garden Arena, le huis clos ayant été imposé, alors que les fans seront bien présents, samedi, non loin dans la T-Mobile Arena, jouxtant le célèbre hôtel du Strip, pour assister au 3e combat entre les deux rivaux.

PHOTO ROBYN BECK, AGENCE FRANCE-PRESSE

Deontay Wilder

Deux jours après leur conférence de presse électrique, où ont fleuri invectives et insultes, à tel point que le promoteur Bob Arum a opposé son véto à un face à face pour la photo, de peur que des coups partent, la tension n’est pas vraiment redescendue.

Arrivé d’un côté de la scène, pendant que l'annonceur Jimmy Lennon Jr présentait de son phrasé impeccable son cursus, après celui de son adversaire, Fury arborait un chapeau noir, évoquant celui de l’ancien catcheur The Undertaker (qui se voulait être le fossoyeur des rings) et un t-shirt à l’effigie de sa ceinture de champion WBC.

Et, ne faisant pas les choses comme tout le monde, il n’a pas voulu se présenter torse nu et en sous-vêtement comme il est de tradition, sur la balance, récoltant huées et sifflets de la part de membres du camp de Wilder en contre-bas. Auxquels il a répondu par des doigts d’honneur.

Pesant 125,6 kg, le Britannique de 33 ans (30 victoires, 1 nul) dépasse de presque deux kilos son poids pour le 2e combat contre Wilder, qu’il avait remporté au 7e round par jet de l’éponge en février 2020, et de plus de neuf kilos son poids pour leur premier affrontement soldé par un nul en décembre 2018.

Faux calme avant vraie tempête

Pourquoi ainsi refuser de se dévoiler ? Le surpoids ? L’apparence contrastant avec les 107,9 kg de muscles saillants et sculptés de son adversaire, qui lui non plus n’a jamais été aussi lourd pour un combat ?

« Ces 125,6 kg signifient l’annihilation totale d’un “clodo”. Je vais l’envoyer à l’infirmerie royale après ce combat, ne vous inquiétez pas pour ça. Je vais l’envoyer au sol, comme s’il prenait un 36 tonnes dans le buffet. Il sera en miettes. Je vais le renvoyer chez lui dépecé », a lâché Fury avec une rage rarement perçue dans sa voix.

En face, Wilder a été plus sobre et pondéré pour commenter sa propre apparence, assurant : « je voulais avoir l’air sexy ». « Le calme c’est la clé avant la tempête. Lorsque je ne suis pas calme, mon esprit est embrumé. Et quand vous avez l’esprit embrumé, vous pouvez prendre de mauvaises décisions. Mais quand vous êtes calme, vous pouvez affronter la tempête. »

« Je me sens rajeuni et je me suis réinventé. La rédemption est à mes portes », a ajouté un Wilder aux accents mystiques, qui n’a pas cédé, sinon verbalement, sur la fin, aux provocations de Fury.

Bob Arum n’était pas loin. Et si les deux boxeurs se sont fait brièvement face, à deux, trois bons mètres, séparés par des cordons de sécurité et trois gros bras au milieu, il fallait aux photographes un talent certain pour tenter de les capturer afin d’immortaliser ces quelques secondes de calme revenu. Avant la vraie tempête attendue samedi soir.