L’affrontement entre Mike Tyson et Roy Jones Jr. suscite de l’engouement. Mais les amateurs en auront-ils pour leur argent ?

Frédérick Duchesneau Frédérick Duchesneau
La Presse

Dangereux. Nuisible. Inquiétant. Des acteurs du monde de la boxe au Québec que nous avons interrogés désapprouvent le combat de ce samedi entre Mike Tyson et Roy Jones Jr.

Du lot, Stéphan Larouche. Il a travaillé avec Jones pendant quelques combats, quand celui-ci faisait partie de l’entourage de Jean Pascal, une relation qui a duré environ cinq ans, de 2013 à 2018.

Larouche adhère à l’expression « freak show », qu’on a beaucoup entendue à propos de ce combat dit « d’exhibition ». Mais, plus encore, il se montre préoccupé pour Jones.

« Roy n’avait plus de menton du tout. Il allait au plancher régulièrement à ses derniers combats, souligne-t-il. Donc, je suis inquiet un peu. Parce qu’on connaît la personne, on est un peu plus torturé. »

Surtout, signale l’entraîneur de Pascal, qu’on a affaire à un face-à-face entre un lourd et un mi-lourd.

« Si Mike Tyson faisait mal à Roy, ça me ferait de la peine », admet-il.

Tyson (50-6, 44 K.-O.), 54 ans, n’a pas boxé depuis 15 ans. Jones (66-9, 47 K.-O.), 51 ans, avait pris sa retraite il y a deux ans.

Évidemment, Stéphan Larouche aurait souhaité que cela reste ainsi. Mais, rappelle-t-il, le boxeur de Pensacola, en Floride, a toujours dit que lui seul déciderait quand l’heure de la retraite définitive aurait sonné.

« J’espère en tout cas qu’ils ont une bonne entente pour donner un show divertissant, tout en étant sécuritaire », souhaite le coach, qui est au Mexique avec Kim Clavel et son entraîneure Danielle Bouchard. Clavel se bat également ce samedi.

Malgré ses craintes, Larouche croit que Jones – avec qui il communique encore de temps à autre – aura le dessus.

Roy est resté un athlète. Il n’a pas engraissé, c’est un joueur de basket. Sur le plan du mouvement dans le ring, je ne suis pas inquiet. Tyson, lui, n’était plus un athlète du tout. Mais on sait que quelqu’un qui était puissant, s’il recommence à boxer, il sera encore puissant.

Stéphan Larouche, entraîneur de boxe

« Ce qu’il n’a plus, évidemment, c’est la vitesse et l’agilité, analyse l’entraîneur. Alors, comment Tyson va faire pour se rendre justice ? Il a beaucoup de fierté, donc s’il n’est pas capable de toucher Roy, sa seule manière sera d’essayer de lui faire mal. Mais encore faut-il s’approcher… »

Pascal prévoit un bon combat

« Il y en a qui voient ça comme un freak show, mais je ne crois pas que ça en soit un. Je pense que ça va être un vrai combat de boxe parce que Tyson va tout faire pour ne pas mal paraître. Jones aussi. »

Jean Pascal est donc d’avis contraire quant à la pertinence de l’évènement. Et il s’attend à un bon combat, malgré son statut d’exhibition.

Parce que l’appétit pour la victoire ne s’estompe pas quand on a beaucoup gagné, dit-il. Aussi parce que les deux quinquagénaires ont pris leur préparation au sérieux. Dans le cas de Tyson, c’est ce que Pascal croit. Pour ce qui est de Jones, il en a la certitude puisqu’il a « parlé beaucoup avec [lui] pendant son camp d’entraînement ».

Comme son entraîneur, Pascal pense que Jones aura le dessus. « Facilement », ajoute-t-il. Entre autres, en raison de la longue inactivité d’Iron Mike.

« Ça va faire toute une différence », prévoit le boxeur de 38 ans.

D’ailleurs, Pascal lance malicieusement qu’il aurait bien aimé en voir plus sur les séances d’entraînement de Tyson.

« C’est bien beau les clips de 10 secondes qu’on voit sur Instagram. Mais avec des highlights, tout le monde peut avoir l’air d’un champion. Ce que j’aurais aimé voir, c’est après le highlight ! Comment il était après avoir fait son show. »

On devrait avoir une partie de la réponse après quelques rounds ce samedi soir.

> Voyez l’une des nombreuses vidéos publiées par Tyson ces derniers mois

Confusion et mésententes

Bien des informations contradictoires ont circulé quant aux modalités de ce combat. La raison en est bien simple : le promoteur et la Commission athlétique de la Californie ne voient pas les choses du même œil.

Après que Tyson et Jones eurent snobé le port du casque, la Commission leur a imposé un maximum de 16 minutes d’action, soit huit rounds de deux minutes. Ce qui a fait dire aux principaux intéressés que les rounds de deux minutes, c’est pour les femmes…

On a lu ces derniers jours que le K.-O. ne serait pas permis. Le promoteur a répliqué en affirmant le contraire. De toute façon, comment un arbitre pourrait-il garantir qu’il préviendra un K.-O. ?

Il est toutefois clair que celui-ci sera beaucoup plus interventionniste qu’à l’habitude, pour éviter les débordements et protéger les combattants. Un élément en faveur de Jones, selon le promoteur Yvon Michel.

La Commission ne jugera pas le combat. Le WBC, oui. Le boxeur Chad Dawson, l’ex-boxeur Vinny Pazienza et l’ex-boxeuse Christy Martin s’en chargeront.

Leur verdict sera annoncé, mais ne sera pas ajouté à la fiche officielle des deux ex-champions, qui porteront pour l’occasion des gants plus gros, de 12 onces. Ce qui avantagera encore Jones, toujours selon le président de GYM, qui lui concède « sans hésitation » l’avantage dans ce duel.

« C’est n’importe quoi »

On l’a senti instantanément dans son ton au bout du fil, lorsqu’on l’a invité à commenter l’évènement. Camille Estephan, président d’Eye of the Tiger Management, était, c’est le moins que l’on puisse dire, aux antipodes de l’enthousiasme…

« On peut aller voir un match de old timers de hockey, compare-t-il. Mais à 50 ans, se taper dessus, le corps humain n’est pas fait pour ça. Le conditionnement n’est tout simplement pas là. C’est très, très dangereux. »

Estephan sait bien qu’il s’agit d’une exhibition. Mais les risques existent tout de même, dit-il, et il est tout simplement contre l’idée.

Alors, ne lui demandez pas s’il a l’intention d’investir 50 $ pour voir le combat. « Aucun intérêt. » C’est clair.

Et si ce combat avait été sérieux, qui l’aurait emporté, selon lui ? « Tyson. »

L’entraîneur Marc Ramsay est du même avis que le promoteur sur toute la ligne. Il aurait tendance à favoriser le poids lourd. Et le concept le rebute.

Je trouve que c’est n’importe quoi, que ça ne devrait pas avoir lieu et que c’est nuisible pour mon sport.

Marc Ramsay, entraîneur de boxe

Ramsay n’est donc pas de l’école « parlez-en en mal, parlez-en en bien, mais parlez-en ».

« Oui, ça fait parler de la boxe, mais pas pour les bonnes raisons. Les gens sont restés accrochés à des athlètes du passé qui ont eu de très belles carrières, tout le monde s’entend sur ça, convient-il. Mais il y a encore aujourd’hui un niveau de spectacle qui est très relevé, il y a plein de bons combats malgré la pandémie. »

Sauf que les promoteurs savent qu’ils vont générer de l’argent avec ce type d’attrait, note l’entraîneur. Il cite l’exemple de l’affrontement Mayweather-McGregor. « Qui était aussi un cirque, à mon point de vue. »

Alors, à quoi s’attendre ? Un cirque ? Une démonstration ennuyeuse ? Un K.-O. inquiétant ? Chose certaine, avec Mike Tyson dans un ring, toutes les options sont envisageables.