(Tokyo) Un foyer de coronavirus dans un centre d’entraînement de sumo à Tokyo a provoqué l’infection de 19 personnes, a annoncé jeudi l’instance qui régit ce sport traditionnel japonais, précisant qu’un tournoi devant commencer dimanche aurait tout de même lieu.

Agence France-Presse

L’Association japonaise de sumo (AJS) a déclaré que 19 lutteurs de « l’écurie » Tamanoi, dont un classé dans les divisions supérieures salariées, avaient été testés positifs à la COVID-19.

Douze d’entre eux ont été hospitalisés, tandis que les autres, asymptomatiques, ont été placés en quarantaine.

Ces cas ont été détectés après qu’un lutteur présentant des symptômes a été déclaré positif au coronavirus la semaine dernière, poussant l’écurie Tamanoi à pratiquer des tests sur 32 personnes ayant été en contact avec lui.

Aucun membre de l’écurie ne participera au tournoi de septembre -ces compétitions ont lieu tous les deux mois-qui doit s’ouvrir dimanche à Tokyo pour deux semaines.

Un lutteur de sumo est mort de la maladie COVID-19 en mai dernier, le premier décès lié à la pandémie de coronavirus dans cette discipline sportive japonaise traditionnelle.

L’AJS avait pris la décision exceptionnelle d’annuler un tournoi en mai, pour la troisième fois seulement dans l’histoire du sumo, mais maintenu celui de juillet, avec un nombre limité de spectateurs.

Ce nouveau foyer de contamination apparaît alors que le Japon, qui observe une diminution du nombre de nouveaux cas quotidiens depuis août, assouplit ses restrictions sanitaires.

La capitale Tokyo, qui est de loin la région plus touchée dans le pays, devrait baisser son niveau d’alerte dès vendredi.