(New York,) Le président Donald Trump a été hué samedi par des spectateurs d'une soirée de combats d'arts martiaux mixtes (MMA) à New York, six jours après les sifflets récoltés dans un stade de baseball.

Agence France-Presse

L'entrée de M. Trump dans le Madison Square Garden peu avant 22 h a provoqué une réprobation plus bruyante que les quelques applaudissements et encouragements.

« Nous nous serions amusés davantage s'il n'avait pas été là », a déclaré à l'AFP Anna Torres, 50 ans, qui avec son compagnon a copieusement conspué M. Trump.

La venue du chef de l'État dans sa ville natale a également suscité une manifestation de quelques dizaines de personnes à l'extérieur de la mythique salle new-yorkaise.

PHOTO EDUARDO MUNOZ ALVAREZ, ASSOCIATED PRESS

Certains manifestants portaient des pancartes où l'on pouvait notamment lire à l'adresse du président et de son vice-président : « Trump/Pence, dehors maintenant ! ». 

Mais d'autres personnes dans le public ont désapprouvé cette hostilité. « C'est un manque de respect, parce qu'il est notre président », a déclaré Nico Ferranti, 30 ans, pas surpris de voir M. Trump se déplacer pour cet événement sportif. « Il est de New York et il aime ce genre de choses », a-t-il fait observer.

M. Trump, 73 ans, a comme le reste du public semblé abasourdi par un violent coup de pied, en catégorie légers, de Kevin Lee au visage de Gregor Gillespie. Puis il a applaudi quand Gillespie, envoyé au tapis, s'est relevé au bout d'une trentaine de secondes.

Assis au troisième rang le plus proche de l'octogone, le président qui a passé trois heures sur place était accompagné de ses fils Donald Jr et Eric et de plusieurs responsables du parti républicain.

PHOTO ANDREW CABALLERO-REYNOLDS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Eric et Donald Trump Jr

Les Trump ont retweeté une séquence vidéo montrant des spectateurs applaudissant le milliardaire devenu président.

L'un des combattants du soir, Jorge Masvidal, était un partisan déclaré de M. Trump.

Jeudi, l'ancien homme d'affaires avait annoncé qu'il faisait de son complexe hôtelier de Mar-a-Lago, à Palm Beach (Floride), sa résidence fiscale, plutôt que son luxueux triplex new-yorkais au sommet de la tour Trump.

Le 28 octobre, M. Trump avait déjà été hué par des spectateurs alors qu'il assistait en compagnie de son épouse Melania à la cinquième rencontre de la Série mondiale à Washington.

Certains avaient alors lancé « enfermez-le ! », retournant contre le président le slogan « enfermez-la ! » utilisé durant la campagne électorale contre son adversaire Hillary Clinton. Cette invective n'a toutefois pas été entendue dans les huées de samedi soir.

À un an de l'élection présidentielle, M. Trump est sous le coup d'une enquête en vue de sa destitution lancée par l'opposition démocrate qui domine le débat politique. Dans un pays profondément clivé sur sa personne, il compte pour sa part se faire réélire en misant notamment sur une base fidèle.