Le mariage houleux entre Lucian Bute et le réseau américain Showtime est officiellement terminé, a appris La Presse. Le boxeur montréalais est maintenant agent libre et InterBox rêve d'un retour sur les ondes de HBO.

Mis à jour le 24 oct. 2012
Gabriel Béland LA PRESSE

InterBox et Showtime ont décidé la semaine dernière de mettre fin à leur collaboration. Les organisations avaient signé en 2010 une entente pour la télédiffusion de trois combats. Deux ont été diffusés et il en restait un au contrat, mais les deux parties ont préféré y mettre fin d'un commun accord.

«C'est fini. On s'est entendus avec eux la semaine dernière et on est libres, a confirmé hier le président d'InterBox, Jean Bédard. Si Lucian gagne le 3 novembre contre Denis Grachev, il pourra aller sur HBO. J'ai encore une très bonne relation avec Ken Hershman (le responsable de la boxe à HBO, NDLR).»

La relation entre le promoteur québécois et Showtime avait pourtant bien commencé. Le réseau américain voulait par cette entente s'assurer de présenter tous les grands combats à 168 livres - puisque Showtime a aussi diffusé le tournoi Super Six -, afin de damer le pion à HBO.

Tout a dérapé lorsque Ken Hershman est passé de Showtime à HBO il y a un an. Soudainement, les relations avec Showtime et son nouveau patron des sports, Stephen Espinoza, se sont dégradées.

Showtime a refusé de diffuser le combat entre Lucian Bute et Carl Froch. Le réseau préférait Andre Ward, mais ce dernier ne voulait rien savoir de se battre contre Bute dans les premiers mois de 2012. On était dans une impasse.

«Ce changement de direction a fait en sorte qu'on n'a pas été capables de s'entendre. Ils ne voulaient pas accepter Froch», rappelle Jean Bédard.

Pour la première fois, le promoteur a admis hier que le litige a failli se régler devant les tribunaux. La nouvelle avait été ébruitée en février dernier, mais InterBox a toujours nié. «On s'est ramassé dans une saga judiciaire, indique Bédard. Ça, personne ne le sait. Ç'a brassé pas mal.»

Showtime et InterBox se sont finalement entendus: le combat Froch-Bute serait «hors contrat». Il a finalement été diffusé par le réseau Epix.

Mais jusqu'à aujourd'hui, il restait toujours un combat à l'entente. L'idée d'y mettre tout simplement fin s'imposait d'elle-même. Après la défaite de Lucian Bute en mai, Jean Bédard a constaté que Showtime «n'était pas pressé de trouver des adversaires».

Il restait à convaincre Lucian Bute: la fin du contrat signifie pour lui, à court terme, la perte d'une grosse bourse. Lorsque l'entente a été annoncée en novembre 2010, on parlait d'un pactole de 6 millions pour trois combats.

«Bien sûr, au niveau financier, ç'a aura bien des impacts. Mais Lucian est prêt à faire ça. On sentait que Showtime ne voulait pas nous trouver d'adversaire et on aurait pu aller plus loin juridiquement, explique le président d'InterBox. Finalement, on a pris la décision, Lucian et nous, d'arrêter ça. On n'avait pas le goût de commencer à se chicaner avec un réseau américain.»

Le prochain combat de Lucian Bute (30-1, 24 K.-O.), le 3 novembre au Centre Bell contre Denis Grachev (12-0-1, 8 K.-O.) sera finalement diffusé sur l'humble Wealth TV. «Lucian comprend qu'il doit passer par là pour revenir tout en haut», dit Bédard.

Le rêve d'InterBox serait de voir Bute l'emporter contre le Russe. Ensuite? Un combat revanche contre Carl Froch sur les ondes de HBO.

«Un rematch contre Froch sur HBO, ce serait l'idéal. Et c'est de ça qu'on jase de ce temps-ci», lâche le promoteur, une lueur dans le regard.