Source ID:; App Source:

L'Inter de Mourinho et Ibrahimovic est encore plus forte

 Zlatan Ibrahimovic de l'Inter Milan.... (Photo: AP)

Agrandir

Zlatan Ibrahimovic de l'Inter Milan.

Photo: AP

Grégoire Lemarchand
Agence France-Presse
Milan

L'Inter, déjà sacrée championne d'automne à deux journées de la fin des matches aller, a réalisé une première partie de saison pratiquement parfaite en championnat d'Italie, dominant et reléguant ses plus dangereuses rivales, la Juventus (2e) et l'AC Milan (3e), à six et neuf points.

L'équipe milanaise, vainqueur du titre en 2007 et 2008, n'a pourtant jamais eu une concurrence aussi redoutable et déterminée depuis 2006. Mais l'arrivée d'un nouvel entraîneur, Jose Mourinho, conjuguée, notamment, aux performances toujours plus épatantes de l'attaquant Zlatan Ibrahimovic, ont permis au club de franchir un palier supplémentaire.

La «patte» Mourinho: en quelques mois, le Portugais a largement imprimé sa marque. Sa personnalité tranchante et son charisme ont emporté l'adhésion des joueurs comme des tifosi. Sa franchise - la langue de bois, il ne connaît pas - ravi aussi. Mais plus que tout, «Mou» comme on le surnomme en Italie, a octroyé de la force supplémentaire à une équipe qui n'en manquait pourtant déjà pas: l'Inter est encore plus compacte, plus forte physiquement et mentalement.

Après quatre premiers mois, elle reflète l'image d'une «machine de guerre» à la cuirasse impénétrable, avec un buteur hors pair devant (Ibrahimovic) entouré de milieux à tout faire qui ne cessent jamais de courir ni de harceler l'adversaire (Cambiasso, Zanetti, Muntari). Le technicien a rapidement noué des rapports étroits avec les joueurs cadres, qui ont gagné en confiance et en régularité. Quant à son autorité, elle n'est nullement discutée: sur le banc, des joueurs aussi réputés que Materazzi, Figo ou Crespo ne bronchent pas.

Après 17 journées, le bilan en Serie A est de treize victoires, trois nuls et une seule défaite (1-0 contre l'AC Milan), et l'équipe possède tout à la fois la meilleure attaque (31 buts) et la meilleure défense (11 buts). A défaut d'être «sexy», l'Inter est terriblement efficace. A ce titre, elle ressemble furieusement à l'ex-équipe de Mourinho, Chelsea, sacrée deux fois championne d'Angleterre.

Le «plus» Ibrahimovic: depuis son arrivée en 2006, la contribution du Suédois a toujours été déterminante dans la réussite de l'équipe. Mais au contact de Mourinho, «Ibracadabra» (10 buts en 17 matches) a ajouté l'arme qui manquait au côté de sa puissance et de son extraordinaire technique: la constance. Plus régulier, il est naturellement devenu encore plus redoutable. Un ou deux gestes du joueur le mieux payé d'Italie (11 M EUR nets par an) suffisent souvent à faire basculer un match. Ses doublés, notamment, contre la Roma (0-4), Palerme (0-2) ou le Chievo (4-2) ont beaucoup compté.

En 2009? La Roma étant hors course en raison d'un catastrophique début de saison, la Juventus, revenue à son meilleur niveau deux ans et demi après le scandale des matches truqués, et l'AC Milan semblent être les seules capables de rivaliser. Si elle continue à ce rythme, sans davantage de faux pas, l'Inter a cependant toute chance d'emporter encore le titre. Néanmoins, ce n'est pas là que l'Inter est la plus attendue, mais en Ligue des Champions. Après tant de désillusions accumulées ces dernières années, le club lombard veut absolument s'y distinguer. Mourinho, qui rêve de bisser après avoir déjà gagné le trophée avec le FC Porto en 2004, et Ibrahimovic, qui souffre encore de la comparaison avec les Ronaldo, Messi et autre Torres, sont sur la même longueur d'ondes.




la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer