Pour le deuxième week-end de suite, le Bayer Leverkusen a répondu du tac au tac au Bayern Munich, qui l'avait délogé du fauteuil de leader du Championnat d'Allemagne, en reprenant rapidement son bien avec son succès à Hoffenheim (2-0) dimanche.

AGENCE FRANCE-PRESSE

À l'image de son impassible entraîneur Jupp Heynckes, Leverkusen poursuit son bonhomme de chemin, sans vraiment prêter attention à un Bayern Munich, tout ragaillardi par six victoires de suite et le retour de Franck Ribéry après trois mois et demi d'absence.

Relégué à la 2e place par la victoire du Bayern à Brême (3-2) samedi, le Bayer, leader depuis la 8e journée, s'est facilement imposé dimanche sur une tête de Sami Hyypiä (11) et le 8e but de la saison du grand espoir allemand Toni Kroos (51).

Un peu entamé physiquement en décembre, le club du géant de la chimie-pharmacie Bayer a retrouvé toute son efficacité à la faveur de la trêve hivernale: à défaut d'être toujours très séduisante, cette équipe présente une défense de fer (15 buts concédés) et un secteur offensif prolifique.

«Le Championnat ne se résume pas à un duel entre le Bayern et le Bayer, quatre ou cinq clubs peuvent penser au titre comme Schalke 04, Hambourg et Dortmund», a prévenu Heynckes.

Le Bayer, club sans palmarès et abonné aux 2e places, a tout pour succéder à Wolfsburg. Le champion sortant ne devrait pas conserver son titre après sa cinquième défaite à domicile dimanche contre Cologne (3-2).

Malgré un effectif largement inchangé avec Dzeko et Grafite en attaque, les «Loups» ne font plus peur et se traînent à la 10e place à 17 points du leader.

La prière de Ribéry

Les jours d'Armin Veh, qui a succédé cet été à Felix Magath, semblent compter, a reconnu à mi-mots son patron Dieter Hoeness, en poste depuis seulement neuf jours.

«Il est difficile d'évoquer l'avenir de notre entraîneur après une telle rencontre. Ce que je constate, c'est qu'on encaisse trop de buts et ce trop facilement, je n'ai jamais vu cela dans ma carrière», a reconnu le directeur général de Wolfsburg.

La veille, le Bayern Munich était venu à bout de sa bête noire, le Werder Brême, non sans mal: alors qu'ils avaient dominé outrageusement la première période (2-1), les Bavarois ont failli se contenter d'un nul, avant que le Néerlandais Arjen Robben ne donne la victoire grâce à un centre-tir peu banal.

«Nous sommes sur la bonne voie, nous jouons de mieux en mieux», a insisté Robben qui a retrouvé, après 112 jours d'absence sur blessures, son alter ego sur le flanc droit, Franck Ribéry.

«J'espère que le genou va vraiment tenir, que je n'aurais plus de douleur, c'est ce qui est important», a lancé, comme une prière, l'international français, entré pour les 22 dernières minutes de la rencontre.

Le Bayern Munich, invaincu depuis douze matches en Bundesliga, a tout de même grappillé une place (2e, 39 pts) à la faveur du nul concédé par Schalke 04 (3e, 38 pts) à Bochum dans le temps additionnel après avoir mené 2-0.