Au moins six des 20 clubs de la Premier League de soccer se questionnent sur le bien-fondé de jouer des matchs dans des sites neutres, selon le président des Hornets de Watford.

Associated Press

Scott Duxbury a notamment affirmé « qu’il n’y a pas d’altruisme dans la Premier League » et qu’il y a « 20 intérêts particuliers distincts, qui parfois s’alignent mais qui, la plupart du temps, visent purement à protéger chaque club ».

En prévision d’une rencontre qui doit avoir lieu lundi, les Hornets ont rejoint Brighton et Aston Villa parmi le groupe de clubs s’opposant au projet actuel de relance, nommé « Project Restart ».

Avec neuf rondes à jouer, Watford occupe le 17e échelon dans la ligue et tente d’éviter la relégation, dans un scénario rendu complexe par la pandémie de coronavirus.

Selon Duxbury, certaines équipes sont heureuses d’adhérer au « Project Restart » parce que, possiblement, il n’y a que des points positifs à participer à ce « format compromis ».

Duxbury ajoute que Liverpool peut remporter le championnat, d’autres clubs peuvent assurer leur place en vue des compétitions européennes la saison prochaine ou, potentiellement, batailler pour gagner des rangs au classement à partir d’une position sécuritaire.

« Quand au moins six clubs — et je soupçonne davantage — s’inquiètent des inconvénients clairs et des effets dévastateurs de jouer dans cette sorte de mini-ligue déformée à neuf clubs, alors je crois que la Premier League a un devoir de se pencher sur ces inquiétudes », a ajouté Duxbury.