(Montréal) Sa saison en MLS terminée, l’Impact tourne maintenant son attention vers le CD Olimpia et la Ligue des Champions de la CONCACAF. Mais juste son attention : la formation montréalaise, en quarantaine depuis son retour de la Nouvelle-Angleterre, ne peut reprendre l’entraînement.

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Le onze montréalais avait obtenu une dérogation de la Santé publique afin de reprendre l’entraînement avant la fin de sa quarantaine en vue de son match éliminatoire contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, perdu 2-1 vendredi dernier.

La troupe de Thierry Henry n’a pas obtenu la même permission des autorités sanitaires et ses joueurs se préparent tant bien que mal de façon individuelle.

« Ce n’est pas l’idéal, mais il faut faire ce qu’il y a à faire, a indiqué le gardien Clément Diop en visioconférence, mardi. On doit se tenir prêts. C’est certain qu’avec cette histoire de quarantaine, on ne peut toujours pas s’entraîner. Mais on doit faire en sorte d’être le plus prêts possible pour le prochain match.

« Je n’ai vraiment aucune information sur la suite des évènements, nous sommes en attente », a ajouté le Français au sujet d’un éventuel départ hâtif vers Orlando, où l’Impact disputera ce match retour.

Pendant ce temps, l’Olimpia, vainqueur du match aller 2-1 en mars dernier, au Stade olympique, poursuit sa préparation.

Une victoire contre le Revolution aurait grandement facilité la tâche de l’Impact, qui serait alors demeuré dans sa bulle du New Jersey pour parfaire sa préparation, comme le font actuellement les joueurs du CD Olimpia.

« Ça aurait été beaucoup mieux si nous avions pu jouer le plus longtemps possible [en éliminatoires], afin de demeurer au sommet de notre forme pour la Ligue des champions, a indiqué le milieu de terrain Amar Sejdic. Maintenant, nous devons respecter cette quarantaine, qui nous fait prendre un sérieux pas de recul.

« C’est moche, mais il faut prendre [cette défaite contre le Revolution et cette quarantaine] pour grandir, apprendre. »

Quelle équipe face à l’Olimpia ?

Les aléas du calendrier 2020 font en sorte que la situation contractuelle de plusieurs joueurs de l’Impact pourrait entrer en conflit avec la tenue de ce match retour de la Ligue des champions, le 15 ou le 16 décembre prochain. De quelle équipe Henry disposera-t-il ?

« C’est davantage une question à poser au club. Je ne connais pas du tout l’état des négociations avec les différents joueurs, a argué Diop. Je n’ai pas toutes les cartes en main pour pouvoir répondre. C’est le club qui est le mieux placé pour savoir si nous aurons des effectifs complets pour le match contre Olimpia. »

Diop lui-même se retrouve dans une situation particulière : le club dispose d’une clause d’option à sa discrétion pour la saison prochaine.

« En ce qui concerne mon avenir, je n’ai pas eu de discussion avec le club tout au long de la saison. On ne m’a pas contacté. Je ne sais pas ce qu’ils feront avec moi la saison prochaine. À eux de me dire si je fais partie de leurs plans ou pas. »

Quoi qu’il en soit, il sera disponible pour l’affrontement contre Olimpia.

Je jouerai ce match peu importe, contrat ou pas. Je jouerai tous les matchs que je peux pour ce club cette saison.

Clément Diop

Henry s’est tourné vers le Canadien James Pantemis pour les rencontres hors des cadres de la MLS. L’entraîneur-chef n’a pas encore dévoilé son plan pour le match retour, mais Diop entend lui forcer la main.

« Connaissez-vous quelqu’un qui n’aime pas amorcer un match ? Je vais me battre pour jouer cette rencontre », a laissé tomber le gardien.

Les joueurs de l’Impact tentent tant bien que mal de passer le temps. S’ils ont repris l’entraînement en solitaire, ils ne connaissent pas les plans du club, qui pourrait retourner plus rapidement aux États-Unis pour reprendre l’entraînement en groupe. Et certains trouvent le temps long.

« On a beaucoup de temps libre, a constaté Sejdic. J’ai pris quelques jours de congé pour reposer mon corps. Au cours des derniers jours, j’ai repris l’entraînement, mais j’ai joué beaucoup à la Xbox. Les journées sont longues… »