À l’aube du début du tournoi « MLS is Back » à Orlando, Saphir Taïder est toujours assailli par le doute.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

On l’a bien senti mercredi matin lors d’une vidéoconférence organisée par l’Impact. « C’est une saison de doute, a-t-il répondu à un collègue qui lui demandait de définir l’équipe en 2020. Nous sommes en juillet et nous ne savons pas si la saison va se finir ou pas. On n’a pas de réponses à nos questions, on n’en sait pas plus, vraiment pas. »

La vedette de l’Impact ne peut assurer qu’on assistera à un spectacle de qualité lors du premier match, jeudi soir contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre. « De ne pas avoir joué pendant trois mois, de ne pas s’être préparé comme habituellement, le groupe ne pourra donc jamais être à 100 %. En raison de cet ensemble de choses, on ne peut garantir que le spectacle sera au rendez-vous. »

La pandémie, il faut le dire, n’a pas été facile pour Taïder en particulier. « Ma situation n’était pas simple. Je ne pouvais pas me permettre de laisser ma femme à Montréal avec nos trois enfants, sachant que l’on en attend un quatrième. Le club a tout fait pour rapatrier ma famille en France auprès de ses proches, je tiens à le souligner. Un grand chapeau à l’Impact. »

Taïder est toutefois rassuré par la qualité des entraînements de l’équipe. « Les entraînements se passent super bien, il fait très chaud, très humide, nous sommes toujours trempés après les entraînements, mais on s’est vite adaptés. La chance de n’avoir aucun cas positif nous permet de continuer à nous entraîner. »

L’Impact a affronté le Revolution le 26 février au Stade olympique. Il l’a emporté 2-1, grâce à un but de Max Urruti en fin de rencontre.

« Le match de demain [jeudi] sera complètement différent. Il leur manquait des joueurs, nous aussi, leur système de jeu sera peut-être différent, il ne faut pas entrer dans ce match avec un excès de confiance, c’est toujours très différent d’un match à l’autre. »

Parmi les nouveaux joueurs de l’Impact depuis cette rencontre, le milieu défensif Victor Wanyama, un international du Kenya qui arrive du célèbre club anglais Tottenham.

On peut comprendre les doutes de Taïder. Déjà, le FC Dallas s’est retiré de la compétition en raison du nombre de cas positifs de COVID-19 au sein du club. La rencontre du Nashville SC a aussi été repoussée.